Des vertus de la circumnambulation dans le monde moderne

Les rond-points ponctuent aujourd’hui le monde urbain par leur forme ronde et leurs décorations variées. Symboles navrants d’un monde qui, pour aller toujours plus vite, tourne en rond, les rond-points témoignent avec une la poésie de l’absurdité, des grands mythes qui gouvernent nos villes : celui de la vitesse (aller plus vite serait être plus libre, s’arreter, être « coincé » dans un bouchon étant aujourd’hui un des summums de la privation de la liberté de l’individu pour certains), et surtout le mythe de la rationalisation de l’aménagement de l’espace.

C’est le sujet du documentaire de Pierre Goetschel, réalisé en 2010, et sobrement intitulé « Rond-Point ». Le film suit un personnage lunaire sur les traces de cet objet urbain récent : le rond-point. Ses pérégrinations le font rencontrer un représentant en fleurissement urbain, d’un lama tibétain, d’urbanistes, de maires, d’un joueur de vielle, d’un derviche tourneur, d’un sculpteur, d’un anthropologue… Par des images obsédantes de ronds-points plus kitschs les uns que les autres, le documentaire nous montre avec un sourire narquois l’absurdité de nos mondes urbains modernes qui répondent au mot d’ordre de la rationalisation, magnifiquement incarnée par un ingénieur de la ville de Nantes (fier d’avoir inventé les « fameux » doubles ronds-points nantais).

Pourtant, malgré ce que le rond-point exprime et porte comme charge symbolique et comme expression d’une certaine rationalité aménagiste, il n’en demeure pas moins qu’il ressort du documentaire de Pierre Goetschel que l’humain sait trouver à se nicher même dans les dispositifs les plus techniques et qui paraissent les plus froids. Que ce soit la fierté d’un membre des services techniques de la mairie (« les gens ils voudraient pouvoir visiter l’intérieur du rond-point, c’est touristique, mais on peut pas, c’est trop dangereux »), ou encore les élus qui se rencontrent lors d’un salon national sur l’aménagement urbain et qui parlent avec convivialité et fierté de leurs rond-points.

Au final on pourrait presque esquisser une lueur d’espoir. Car, si la circumnambulation a montré dans de nombreuses religions ses vertus à faire atteindre aux individus, en groupe à une révélation, une illumination, pourquoi les rond-points ne pourraient-ils finalement pas avoir le même effet : révéler à notre société l’absurdité du monde urbain tel qu’il existe aujourd’hui, et la nécessité de re-fonder notre rapport à la ville et à l’environnement ?

LE DVD DU FILM : http://oeilsauvage.com/spip/catalogue.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *