(A)ménager autrement – Forum des Métiers en urbanisme, aménagement et environnement

22 mars 2013, de 9h à 17h, informations et préinscriptions obligatoires :  forumdesmetiersiul@gmail.com

Crise environnementale et épreuves écologiques impliquent de réinventer les manières de penser et d’agir sur la ville. Composer avec un incertain devenu certain (ex : dérèglement climatique), redéfinir les périmètres (spatiaux, économiques, sociaux), expérimenter de nouveaux modèles d’économie (sociale et solidaire), ou encore démocratiser l’action… constituent quelques-uns des défis majeurs pour la transition socio-écologique des territoires… urbains.

Les métiers de l’urbanisme et de l’aménagement, leurs savoirs et savoir-faire, leurs pratiques, outils et méthodes sont directement interpellés…. et commencent lentement à évoluer, notamment dans le vocabulaire : réversible (action publique), mutable (espace public), adaptable (habitat), éphémère (jardin), ordinaire (savoir), dialogiques (dispositifs)…

Sur les 15 dernières années ont ainsi (ré)émergé des façons de concevoir les formes urbaines et sociales autrement en lien à la nature, d’autres moyens de penser et de conduire démocratiquement les interventions sur l’espace des sociétés, ou encore de nouvelles valeurs et de nouveaux principes de l’action collective et des conduites de projet…

Le principe de cette journée est alors de présenter et de débattre de ces manières de penser et de faire la ville de façon peut-être plus durable : le ménagement.

Ce forum, résolument tourné vers les démarches alternatives de l’aménagement, de l’urbanisme et de l’environnement, réunira une cinquantaine d’acteurs politiques, institutionnels, territoriaux, opérateurs « alternatifs » et associatifs, venus de toute la France pour débattre avec enseignants, chercheurs et surtout étudiants en urbanisme, aménagement et environnement, ainsi que d’autres formations et établissements, futurs professionnels de la ville.

Cette journée de débats et d’échanges poursuit trois grands objectifs :

  •  tout d’abord, informationnel : les échanges permettront de mettre en lumière les enjeux de premier ordre, tant dans les thèmes (maîtrise foncière, transition des villes, urbanisme sensoriel…) que pour les conduites de l’action (formes juridiques des organisations, usages des outils opérationnels, modes de financement…).
  • puis professionnel avec l’émergence de nouvelles collaborations entre ces acteurs, et les les formations universitaires de l’IUL, ainsi que d’autres départements de l’Université Lumière Lyon 2, avec pour opportunité d’inscrire le travail des étudiants dans cette dynamique, par l’intermédiaire d’ateliers, de mémoires, de travaux de recherche (Licence, Master 1 & 2, Doctorat), mais aussi de stages et de débouchés d’emplois.
  • à l’issue de cette journée, un livret sera réalisé avec l’aide des étudiants (initiatives présentées, conclusions tirées des échanges, perspectives dégagées des débats…). Ce livret sera publié et diffusé auprès des revues et sites spécialisés. Il permettra d’inscrire ce forum dans la durée (évènement annuel à l’IUL).

Vous pouvez télécharger le programme complet ainsi que le plan d’accès ici : Programme Forum (A)menager autrement IUL 22 mars 2013

 

Y. Rumpala à la journée du réseau AC/DD le 15 février 2013

Journée du réseau AC/DD (Approches critiques du développement durable), 15 février 2013. Yannick Rumpala. Sur les possibilités d’une transition écologique ‘’par le bas’’ : vers une théorie post-gouvernementale.

La présentation de Y. Rumpala s’attache à des expériences « par le bas », et son hypothèse principale est la suivante : aussi éparses/éparpillées que soient ces expériences, on peut y voir émerger un nouveau système de valeurs hors du système dominant.

Dans un premier temps, il a distingué deux manières d’aborder le sujet de la transition dans la littérature.

  • La première manière passe « par le haut », elle vient des milieux décisionnels, des institutions. La transition est ici vue dans une optique socio-technique (analysée notamment par Hervé Kempf) : il faudrait susciter des innovations pour passer à un autre stade économique. Cette conception repose sur une confiance importante dans les institutions et les formes marchandes et s’appuie sur un arrière-plan clairement gestionnaire (transition management).
  • La seconde approche est celle notamment des villes en transition, qui cherchent à mobiliser une communauté sur des bases participatives et locales. Elle repose sur une confiance en les capacités de la communauté. Il s’agit d’innovations sociales plus que techniques et renvoie au courant des lifestyle politics, et l’analyse des grassroot innovations (voir notamment Adam Swift)

Ces deux approches s’appuient sur des visions du monde et des philosophies du changement différentes.

L’exposé de Yannick Rumpala s’attache ensuite à décrire six types d’expérimentations, en rappelant d’abord brièvement qu’il s’agit souvent de résurgences, inscrites dans une certaine historicité. Par ailleurs, ces six types déterminés pour la clarté de l’exposé n’empêchent pas de voir se former des affinités électives entre ces différentes initiatives.

  1. Les expérimentations autour du commun. Ce courant est nourri par des auteurs tels que Toni Negri (même si Y. Rumpala est sceptique à son propos), mais aussi (et surtout) David Bollier (cf son site onthecommons.org, ou encore Peter Linebaugh (dans une optique historique), ou Elinor Ostrom. L’objectif est de reconstruire une prise sur les ressources. Un exemple simple et parlant est celui des incredible edible (incroyables comestibles), né en Grande-Bretagne.
  2. Les expérimentations reposant sur le partage, la collaboration (en particulier dans la consommation). Elles mettent en œuvre une autre conception de la propriété/possession, hors du système marchand. Une économie du partage se construit, autour du troc, du prêt, de l’échange de services. On pourrait les résumer sous le terme de consommation collaborative, qui existe sous des formes diverses, hybrides, parfois monétisées (ouishare, shareable, freecycle, foodsharing…).
  3. Les tentatives de relocalisation. Elles cherchent à restaurer de la proximité. Il peut s’agir d’AMAP, de « local business », des circuits courts, des locavores.
  4. Les expériences cherchant à reconstruire les capacités autonomes (le DIY : do it yourself). Notamment, Y. Rumpala a cité des expériences dans le domaine de l’énergie, comme l’association Tripalium, qui forme des individus à la construction de leur installation éolienne. Cela renvoie aux technologies appropriées décrites par Schumacher.
  5. Les expérimentations cherchant à réduire le format de vie (simplicité volontaire), telles que celle du No Impact Man.
  6. Les expériences de sobriété non punitive. Ont été cités Pierre Rabhi, Kate Soper (philosophe britannique), les décroissants, le mouvement slow fashion.

Yannick Rumpala a conclu sa présentation en proposant quatre conditions pour que ces initiatives convergent :

  • créer des liens entre les représentations des horizons visés (exemple du mouvement de la transition qui partage une représentation commune d’un autre avenir post-carbone)
  • offrir des prises, des éléments reproductibles hors du champ de chacune de ces initiatives, c’est-à-dire jouer sur l’exemplarité, en trouvant des modalités de coordination, des passerelles.
  • Créer des espaces d’échanges/de discussions (fondation Appropedia pour des technologies alternatives, p2pfoundation)
  • Créer des dynamiques d’apprentissage, des boucles réflexives.

Finalement, on peut se demander si Yannick Rumpala ne propose pas que ces initiatives convergent en s’institutionnalisant de manière assez traditionnelle : notamment et surtout avec ses deux premières propositions (en devenant reproductibles, en partageant un horizon commun). Cela m’amène à m’interroger sur la question de l’institutionnalisation de ces initiatives. Bien sur ces initiatives ont besoin de se connaître/reconnaître les unes les autres et de créer un réseau. Plus de liens, moins de biens, non ? Mais est-il nécessaire qu’elles s’institutionnalisent ? Y trouveront-elles un quelconque intérêt ? Ne peut on pas au contraire y voir une possible menace pour ces initiatives, qui reposent sur un équilibre délicat, une alchimie entre un environnement et des individus ?

Yannick Rumpala, dans son ouvrage sur le développement durable institutionnel, affirme que le développement durable crée une conduite des conduites hétéronomes et culpabilisatrice. En cherchant à recréer une institutionnalisation de ces initiatives, ne les voue-t-il pas au même destin ? Celui d’une nouvelle norme de conduite, tuant dans l’œuf le foisonnement et sa richesse ? Par ailleurs, beaucoup d’initiatives citées par Y. Rumpala sont liées à l’Internet et sont dématérialisées. Cette caractéristiques accentue le caractère « en surplomb » de l’analyse de Rumpala, ne manque-t-il pas une approche sociologique de ces groupes ? Et surtout un point de vue plus ancré dans les spécificités de ces groupes ?

 

Bibliographie succinte

Rumpala Y., 2010, Développement durable, ou le gouvernement du changement total, Editions Le Bord de l’eau, 436 p.

Nonjon M., « La participation en kit » : l’horizon funèbre de l’idéal participatif, Quaderni, 2012/3 (n° 79), pp 29-44

(https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=QUAD_079_0029)

Nonjon M., « Professionnels de la participation : savoir gérer son image militante », Politix, 70, 2005, pp.89-112.

Elisabeth Shove sur la double-contrainte : aspirations individuelles dans un environnement contraint

http://www.lancs.ac.uk/fass/sociology/profiles/elizabeth-shove

Le sentiment d’exister… entre intuition et possibilités d’approfondissement

Lors de mon travail de mémoire en M2, j’ai travaillé sur une initiative du Val de Marne, la Ferme du Parc des Meuniers, sur laquelle je reviendrai plus en détail très bientôt.

Lors de mon travail sur le terrain, j’ai ressenti que les individus s’engageant dans cette initiative « revivaient » d’une certaine manière. C’était une intuition, une impression vivace, mais que j’avais et ai toujours du mal à expliquer, expliciter, démontrer, argumenter. Je l’ai donc laissée hors de mon mémoire, mais ne peux m’empecher de le mentionner quand on me demande de parler de la Ferme. Oui c’est un lieu « social », c’est un lieu « solidaire », un lieu qui fait vivre l’environnement autrement, mais c’est aussi et peut-être surtout un lieu qui donne aux individus prise sur leur vie, les rend de nouveau acteurs de leur vie et donc d’une certaine manière, une existence plus pleine et entière. Tout cela sonnait pour moi comme de bons sentiments, une certaine naïveté voire été teinté d’un certain spiritualisme qui n’avait rien à faire dans un travail de recherche.

Jusqu’à ce dimanche. Ce dimanche où mon petit déjeuner a été égayé par la lecture du dernier numéro spécial de la revue Sciences Humaines, consacré aux « Idées en mouvement ». Au gré de ce retour sur les idées qui ont marqué l’année 2012 dans le champ des sciences sociales, j’ai découvert un article sobrement intitulé « Que veut dire « vivre » ? », par Jean-François Dortier. Ce dernier cite Frédéric Worms, professeur à Lille-III et son ouvrage paru en 2012 : Revivre. Eprouves nos blessures et nos ressources (Flammarion). Si ce dernier semble avoir une approche assez psychologique de la question, il n’en demeure pas moins qu’il explore l’idée de renaissance dans une vie tumultueuse : comment après une rupture, une difficulté majeure, un accident, un individu retrouve-t-il le sentiment de vivre ? Comment passer de la survie à la vie ? Comment distinguer les deux ?

L’article mentionne également le travail de Robert Neuburger, intitulé Exister. Le plus intime et fragile des sentiments (Payot, 2012). Explorant le concept d’exister, Neuburger vient s’inscrire en faux face à un Descartes et à sa théorie des machines. Je cite l’article

« Le sentiment d' »exister » dépasse donc le simple fait de vivre, c’est-à-dire de se nourrir, s’habiller et entretenir son organisme. Pour exister, il faut trouver plaisir à ce que l’on fait. Il faut également être en accord avec une certaine image de soi, entretenir des rêves et projets.Il faut enfin et surtout être percu, pris en compte et considéré par d’autres personnes comme étant quelqu’un qui importe à leurs yeux. Les relations personnelles et les relations d’appartenance jouent un rôle essentiel dans le sentiment d’exister : c’est lorsque ces liens se brisent que des personnes se sentent privées d’existence propre. »

Je pense que la consultation de ces deux ouvrages pourrait me permettre d’affiner mon intuition et tenter de la vérifier sur le terrain en rajoutant un corps de questions à ma grille d’entretien. Cependant, je me pose quelques questions : comment aborder ce thème dans mon mémoire ? N’est-ce pas trop loin de mon sujet (et surtout pour un mémoire en urbanisme… mais cette question précise me turlupine et j’y reviens plus en détail plus tard) ? Comment faire le grand écart entre une approche géographique, sociologique, et ces ouvrages écrits par un philosophe et un psychiatre ?

 

Projet de thèse : Les transformations par l’environnement de l’agir collective et ses savoirs attenants

Les quelques lignes suivantes présentent mon projet de thèse, au 25 septembre 2012. Une première base pour lancer le travail et le laisser ensuite évoluer et s’épanouir. Ce projet de thèse est dirigé par Guillaume Faburel, professeur à l’Institut d’Urbanisme de Lyon (laboratoire Triangle).

Constat, problématique et hypothèses

Les sociétés occidentales doivent aujourd’hui faire face à des enjeux et épreuves environnementales dont l’importance n’est plus à prouver : perte de la biodiversité, raréfaction des ressources, dérèglement climatique… amènent à repenser nos modes de vie, de développement, et, plus spécifiquement, d’action collective.

Or, l’environnement a fait l’objet d’une institutionnalisation rapide relayée par une première génération d’actions promues par le développement durable. Toutefois, force est de constater que cette notion peine à inventer des solutions efficaces aux problèmes environnementaux, témoin entre autres le récent échec du sommet de Rio. Au plan urbain, sa portée au changement reste limitée : « la ville durable – comme le développement durable, dont elle est la traduction mais aussi un moyen – n’existe pas encore, ni théoriquement dans sa capacité à se projeter dans le long terme, ni dans son application » (Espaces et Sociétés, 2011, p. 12). Finalement pour Theys, comme pour d’autres, « sous sa forme actuelle, ce concept a probablement épuisé la part majeure de son crédit et de sa dynamique et (qu’)il a besoin d’un second souffle. » (Theys, Dutertre, Rauschmeyer 2010, p. 53).

Dès lors, pour donner ce second souffle au développement durable et à sa déclinaison urbaine, plusieurs écrits de l’analyse des politiques publiques et surtout de la philosophie politique pointent du doigt des collectifs habitants : « La soutenabilité (…) est essentiellement liée à une nouvelle façon de changer, de construire son existence et de construire les collectifs. » (Theys, 2010, p 61) ou encore : « Le développement durable peut adopter une dimension collective à la base, en étant pris en charge par une communauté réelle (et non des institutions la représentant), une communauté dont les individus se prennent en charge. Le soutenable n’est possible qu’en imposant cette démocratie forte. » (Puech, 2010, p. 153).

Ce sont ces collectifs, aujourd’hui foisonnants, relevant de ce que l’on appelle des « signaux faibles » (c’est-à-dire des « bruits » annonciateurs et accompagnateurs d’un changement), que nous souhaitons étudier dans le cadre d’une thèse. L’objectif générique sera alors d’explorer les constructions de l’action collective au sein de ce foisonnement d’initiatives, sous l’angle en particulier des savoirs qui y sont liés, pour en jauger la possible montée en généralité et leur possible portée transformatrice pour ceux, encore largement technique, des professionnels de l’urbain. Quels registres d’interventions et régimes de l’engagement se crééent dans ces initiatives ? Quels présupposés pour les conduites de l’action instituée ? Quels savoirs y sont attenants ? et comment se réinventent les rapports entre savoirs et pouvoirs ? En quoi l’environnement vient transformer l’action collective ? Dans quelle mesure est-il un facteur de renouvellement des formes de l’agir collectif ?

Notre hypothèse maitresse est que se développe au sein de ces initiatives locales un nouveau mode d’habiter, au fondement de nouvelles formes de l’engagement. Le mot habiter a longtemps été rabattu sur le sens de loger, en particulier dans le langage courant, cependant la notion déborde aujourd’hui du simple logis : « (…) il ne faut pas croire que l’on habite seulement son logement. Au contraire l’habiter nous invite à considérer une modalité du rapport au monde qui dépasse le seul lieu où on se loge. » (Pattaroni, Kaufmann, Rabinovich, 2009, p. 5). Habiter recouvre une réalité conceptuelle large, ayant trait à la manière dont les hommes sont en relation avec les lieux de leur existence. Lévy et Lussault définissent l’habiter comme la « spatialité des acteurs individuels » se caractérisant « par une forte interactivité entre ceux-ci et l’espace dans lequel ils évoluent. » (Lévy et Lussault, 2003, pp. 440-442). Nous définirons l’habiter comme l’ensemble des rapports des individus à l’espace, comprenant trois dimensions :

  • les pratiques et usages,
  • les représentations et imaginaires,
  • et enfin l’articulation entre les dimensions individuelles et collectives.

Ici, nous aborderons ce que nous appellerons un habiter environnemental, qui se réinvente dans ces collectifs. Trois hypothèses secondaires sont alors posées.

D’une part cet habiter environnemental serait lié à une conception de l’environnement comme sujet d’une relation entre individu et territoire, qui implique un engagement, catalysé par l’action. D’autre part cet habiter environnemental est créateur et constitué par une communauté politique émergente au sein de ces collectifs, sous-tendue par un nouvel individu sujet situé (« l’acteur situé » de la sociologie pragmatique), que nous proposons d’appeler l’habitant, tant politique que poète. Cette hypothèse renvoie à « l’avènement de ce que J. Cohen appelle l’acteur autolimité, un acteur réflexif ayant développé une tendance à agir en intégrant la nécessité de préserver non seulement les ressources naturelles, mais aussi les ressources nécessaires à l’action collective (confiance, reconnaissance, capital social, etc.), un acteur ayant une propension à l’agir précautionneux, intégrant la finitude des ressources. » (Béal, Gauthier, Pinson, 2011, p. 16) Enfin, notre troisième hypothèse est celle de l’existence de ponts possibles entre ces pratiques et le développement durable dit institutionnel. En particulier, la question des savoirs prend à cet égard une acuité et une place notable, puisque force est de constater que l’environnement pose nos sociétés face à l’incertitude et réinterroge les savoirs et savoir-faire utiles à la décision collective (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001), et les rapports entre savoirs et politique (Corcuff, 2011b). A ce titre, nous souhaitons compléter notre analyse des collectifs habitants d’une analyse de politiques de développement durable plus institutionnelles, sur les territoires impliqués par les initiatives observées. L’objectif ici est de faire émerger les éléments de la construction et des conduites de telles initiatives, afin de nous ouvrir à quelles prospectives sur cadres et doctrines de l’action urbaine.

Notre sujet touche donc à plusieurs champs de connaissance. Ancré dans la géographie, qui en est à la fois le terreau méthodologique et théorique (Lévy, Lussault), et l’horizon, notre sujet s’appuie particulièrement sur une analyse de l’habiter qui emprunte à la géographie sociale. Notre approche se réclamera également de la science politique, pour étudier les mécanismes de construction de l’action collective mais aussi pour la comparaison avec les dispositifs plus institutionnels de développement durable (Rumpala, 2010). Par ailleurs, la sociologie politique constituera une pierre d’angle de notre recherche, en particulier pour étudier l’engagement des différents acteurs (Ion, 2001), et les nouvelles constructions de l’action collective (Cefai, 2007 et Corcuff, 2011a). En dernier lieu et à titre d’horizon de réflexion, la philosophie politique sera le moteur des va-et-vient entre enquête de terrain et remontée en généralité, notamment via les savoirs (Sintomer, 2007), et les rapports entre savoirs et politique, ainsi que dans l’analyse des mondes communs qui se tissent (Rosanvallon, 2011), autour d’une nouvelle éthique de l’individu (Rancière, 1998), dans une perspective que l’on pourrait qualifier de cosmopolitique, à la suite notamment de Stengers et Latour, mais aussi Lolive et Soubeyran .

Méthodologie, résultats attendus et calendrier

Pour mener à bien cette recherche, nous proposons de mettre en place un protocole de recherche reposant sur une enquête de terrain.

Un premier temps de cadrage conceptuel nous permettra d’établir des critères de sélection pour les initiatives que nous étudierons, au nombre de 4 à 5. Il ressort dès aujourd’hui deux critères et un impératif. Le premier critère est le caractère économique de l’initiative. Notre mémoire de master 2, portant sur une initiative du type de celles que nous souhaitons étudier (la Ferme du Parc des Meuniers dans le Val de Marne), a permis de mettre en avant le rôle de pivot que joue l’économie dans l’initiative, moment et structure clé pour articuler individu, collectif et environnement, c’est pourquoi nous souhaitons plus particulièrement cibler des initiatives relevant du champ de l’économie sociale et solidaire1, et dont les liens avec l’aménagement durable restent encore peu explorés. D’autre part, la non-intentionnalité vis à vis de l’environnement est également apparue au cours de cette première étape de recherche et nous souhaitons explorer cette posture et sa portée en choisissant des initiatives qui ne font pas de l’environnement leur raison première de la mise en mouvement. Enfin, l’impératif que nous nous fixons est celui de la diversité. Si ce travail de thèse ne pourra bien évidemment pas rendre compte de manière parfaitement exhaustive de l’étendue du foisonnement, nous chercherons à nous en rapprocher autant que possible en choisissant des initiatives les plus diverses.

A ce jour, nous avons ciblé deux initiatives qui pourraient potentiellement faire partie de notre corpus. La Bougeotte est une association située à St Genest-Malifaux (42), qui a pour objectif de faire du lien social par l’intermédiaire d’organisation d’activités de loisirs de pleine nature, de loisirs créatifs et d’animations culturelles, et de développer un réseau d’échanges de savoirs et de pratiques dans le milieu rural. Dans un milieu plus urbain, la Luttine est un espace associatif autogéré à Lyon (69), qui sert de lieu de réunion et d’activités pour différents collectifs, allant d’une AMAP à un espace de prêts, dons, trocs, en passant par l’organisation de débats. Plus connu, l’association Habicoop et le projet du Village Vertical à Villeurbanne pourraient également être étudiés sous un nouveau jour à travers ce travail de thèse.

Pour l’enquête de terrain nous envisageons de mettre en jeu potentiellement cinq outils différents sur deux phases principales. Ce protocole de recherche, générique, sera amené à être adapté pour chaque initiative. Dans une première phase, nous proposons de réaliser des entretiens ainsi que de l’observation non participante de ces initiatives. Ces deux méthodes sont dans ce cadre indissociables, l’entretien permettant une mise en discours et d’étudier les représentations et imaginaires, ainsi que de cibler les objets d’observation, tandis que l’observation a pour objectif d’apprécier les pratiques in situ et l’action dont nous avons souligné l’importance dans nos hypothèses. L’observation permet par ailleurs des entretiens plus fructueux grâce à la relation de confiance et la familiarité qui a pu être établie avec les acteurs. Cette première phase pourra être complétée par des cartes mentales, et une enquête statistique pour mieux connaître les populations habitantes en fonction du contexte. Dans une seconde phase, nous proposons de mettre en place des groupes de discussion, qui auront pour objectif d’observer la construction collective de sens, et de faire émerger les principes et valeurs qui sous-tendent l’habiter que nous voulons étudier.

Notre proposition est, d’abord, très largement qualitative. Elle porte à la fois sur différentes initiatives (au nombre de 4 ou 5), et sur les discours et pratiques actuelles plus institutionnelles sur la ville durable, étudiées via de l’analyse de discours (issus d’entretiens, groupes de discussions), de pratiques (via de l’observation non-participante), des examens documentaires (documents issus à la fois de la littérature grise sur la ville durable et des initiatives elles-mêmes). Nos résultats consisteront entre autres en des monographies issues des études des initiatives (une monographie par initiative), mais également des tableaux et schémas, cartographies de concepts, listes de faits typifiés… permettront de construire une réflexion plus systématique liant l’analyse des signaux faibles et les discours/pratiques de la durabilité institutionnelles sur ces mêmes territoires, ou des périmètres un peu plus amples (Communes, Intercommunalités, Départements, Région Rhône-Alpes).

Le premier acte de cette démarche a été posé par l’analyse de la Ferme des Meuniers, étudié dans le cadre d’un mémoire de master 2 au sein de l’Institut d’Urbanisme de Paris. Nous avons commencé à y tester cette méthode et à développer un premier cadre théorique d’analyse. En outre, concernant le choix précis des cas qui seront retenus pour observation, j’achève à ce jour un atelier professionnel et de recherche sur l’Habiter écologique (Master 2ème année, Institut d’Urbanisme de Paris), qui a permis de pointer quelques initiatives dans différentes régions françaises, susceptibles de servir de premier gisement. Enfin, à l’occasion d’un stage au sein du bureau de recherches Aménités, je participe à un travail de recherche portant sur les impensés socio-démocratiques de la ville durable, pour le compte de l’ADEME (http://habiter-durable.net/). Ce programme de recherche porte entre autres sur une analyse documentaire méthodique de 30 productions d’aide à la décision adressées à la ville durable, mais aussi l’organisation de cinq ateliers territoriaux portant sur des thèmes d’impensés de la ville durable (tels que le bien-être et la nature dans la ville durable, les nouveaux modes de régulation et normes de la ville durable ou encore les droits et devoirs écologiques dans la ville durable). L’ensemble de ces travaux concourt à construire les bases pour mener à bien ce projet de thèse.

Enfin, ce projet s’inscrit dans les axes de recherche du laboratoire Triangle (action, discours, pensée politique et économique), et en particulier dans le pole « Politisation et Participation », qui s’attache à « l’analyse du rapport au politique, des processus de socialisation, d’engagement et de mobilisation » (source : univ-lyon2.fr). Notre projet rejoint l’un des objectifs programmatiques du laboratoire, celui de « d’aborder ensemble trois aspects de la politique entendue au sens large du terme : l’action, le discours et la pensée politique et économique. » (source : univ-lyon2.fr). Ce laboratoire constitue donc un terreau fertile pour mener cette recherche, qui poursuit et complète les recherches actuelles de certains de ses membres (en particulier Beal, Pinson, mais aussi Rocher), et renvoie aux séminaires organisés par le laboratoire junior portant sur les sciences sociales de l’urbain.

 

[1] Berceau de la première épicerie coopérative à la Croix-Rousse, Lyon a joué et joue un rôle essentiel dans le développement de l’économie sociale et solidaire. A l’échelle du Grand Lyon, l’économie sociale et solidaire représente 10% des emplois salariés et 9% des établissements et a connu entre 2005 et 2009 une croissance de 6,2% (en nombre d’établissements), à comparer au 2,4% constaté dans le reste de l’économie. (Source : Agence d’Urbanisme pour le Développement de l’Agglomération Lyonnaise, L’économie sociale et solidaire dans le Grand Lyon, Cahier n°1, Novembre 2011)

Bibliographie provisoire

Se trouve ici une première bibliographie qui sera amendée au fur et à mesure de mon travail.

Ouvrages

BEAL Vincent, GAUTHIER Mario, PINSON Gilles, 2011, Le développement durable changera-t-il la ville ? : Le regard des sciences sociales, Saint-Etienne, Presses Universitaires de Saint Etienne, 461 pages.

BUCLET Nicolas, 2011, Le territoire, entre liberté et durabilité, Paris, PUF, 224 pages.

CALLON Michel, LASCOUMES Pierre et BARTHE Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain – Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, La Couleur des Idées, 358 pages.

CEFAI, Daniel, 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ? Théories de l’action collective, Paris, La Découverte, Collection « Recherches », 730 p.

CORCUFF Philippe,  Les nouvelles sociologies – Entre le collectif et l’individuel,
Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2011a (3ème édition), 127 p.,

ION Jacques, 2001, L’engagement au pluriel, Saint-Etienne, PUSE, 217 pages.

LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Éditions Belin, Paris, 1033 pages.

LOLIVE Jacques. et SOUBEYRAN Olivier (sous la direction), 2007, L’émergence des cosmopolitiques. Paris, Ed. la Découverte, Coll. Recherches, 383 pages.

PAQUOT Thierry, LUSSAULT Michel, YOUNES Chris, (sous la direction de), 2007, Habiter le propre de l’humain, Editions la Découverte, 380 pages.

PATTARONI Luca, KAUFMANN Vincent, RABINOVICH Adriana, 2009, Habitat en devenir : enjeux territoriaux, politiques et sociaux du logement en Suisse, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 331 pages.

PINSON Gilles, 2009, Gouverner la ville par projet : Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Les Presses de Sciences Po, 420 pages.

PUECH Michel, 2010, Développement durable : un avenir à faire soi-même, Le pommier, coll. Mélétè, 226 pages.

RANCIERE Jacques, 1998, Aux bords du politique, Paris, Folio Essais, 261 pages.

ROSANVALLON P., 2011, La société des égaux, Paris, Les livres du nouveau monde, 427 p.

RUMPALA Y., 2010, Développement durable ou le gouvernement du changement total, Editions Le Bord de l’eau, collection « Diagnostics », 450 p.

SINTOMER Yves, 2007, Le pouvoir au peuple, Paris, Editions La Découverte, Collection Cahiers libres, 176 pages.

STENGERS Isabelle, 2002, Sciences et pouvoirs. La démocratie face à la technoscience, Paris, La Découverte, Coll. Sciences Sociétés, 116 pages.

THEYS Jacques, DU TERTRE Christian, RAUSCHMAYER Felix, 2010, Le développement durable, la seconde étape. Paris, Editions de l’Aube, 240 pages.

 

Articles

CEFAI Daniel, « S’engager. Monde vécu, engagement et justification », in M. Breviglieri, C. Lafaye, D. Trom (dir.), Compétences critiques, sens de la justice, sens critique, Paris, Économica, 2009.

CORCUFF Philippe, « Le savant et le politique », SociologieS (En ligne), Expériences de recherche, Régimes d’explication en sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011b, consulté le 12 septembre 2012.

CHARVOLIN Florian , 1997, « L’invention du domaine de l’environnement », Strates, 1997/9, mis en ligne le 19 octobre 2005, consulté le 20 octobre 2011.

EME Bernard et LAVILLE Jean-Louis, « L’économie solidaire ou l’économie comme écologie sociale », Ecologie & politique, 2004/1 N°28, pp. 13-25.

FABUREL Guillaume et ROCHE Camille, 2012, « Entre les éco-quartiers et l’habiter écologique : les valeurs et les principes de l’action territoriale pour la ville durable », Intervention au Colloque international Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables, Ecole d’architecture Paris Val de Seine, 1er et 2 février 2012, 18 pages.

FABUREL  Guillaume, 2010, « L’environnement comme nouvelle prospective pour les dynamiques et politiques urbaines », in BLANC Nathalie, CLAVAL Paul, DAVEZIES Laurent et al., 2010, La France en ville, Editions Atlande, Collection Clefs Concours pp. 112-118.

MICOUD André, « De l’expert-militant à l’être vivant sensible », Cosmopolitiques, juin 2007/ n°15, pp. 121-134.

« Révolution », la dernière série télé américaine réactionnaire

Aussi louable que soit la capacité de digestion de l’industrie hollywoodienne des thèmes les plus actuels de notre société (et en particulier des épisodes de guerre, depuis Apocalypse Now en 1979 jusqu’à dans la vallée d’Elah en 2007 sur la guerre en Irak), cette retranscription fictionnelle de l’actualité la plus brulante n’apporte pas toujours un regard critique sur la société. Bien au contraire.

Dernier exemple en date, la série Révolution (diffusée sur NBC depuis le 17 septembre 2012 et produite entre autres par J.J. Abrams) suit les aventures d’une famille quinze ans après le « black out », c’est-à-dire la fin de l’électricité, et recycle ainsi les peurs contemporaines portant sur la fin des énergies fossiles faciles et l’épuisement des ressources. Qu’en est-il alors de l’imaginaire véhiculé par cette série ? Que nous révèle-t-il sur l’appréhension du changement climatique par l’industrie hollywoodienne ?

Commençons d’abord par planter le décor. Chaque épisode commence par un rappel des faits par une voix off grave, ponctuée d’images d’un monde en détérioration.

« We lived in an electric world. We relied on it for everything. And then the power went out. Everything stopped working. We weren’t prepared. Fear and confusion led to panic. The lucky ones made it out of the cities. The government collapsed.  Milicians took over, controlling everything, stocking supply and weapons. We still don’t know why the power went out. But we’re hopefull that someone will come and light the way. »

(« Nous vivions dans un monde électrique. Nous comptions dessus pour tout. Et un jour le courant a sauté. Tout a arrêté de fonctionner. Nous n’étions pas préparés. La peur et la confusion mènent à la panique. Les plus chanceux quittèrent les villes. Le gouvernement s’effondra. Les miliciens ont pris le contrôle, amassant fournitures et armes. Nous ne savons toujours pas pourquoi l’électricité a été coupée. Mais nous espérons que quelqu’un viendra et nous éclairera le chemin »)

Quant au générique, c’est un signe en néon « évolution » se transformant en « révolution ».

Le black out entraine un retour au Moyen-Age matiné d’écolo-chic.

Comment est représenté ce futur, 15 ans après le « black out » ? Les héros se trouvent habiter ce qui pourrait ressembler à un village, composé de cinq maisons, rassemblées autour d’une place (figure 1). On devine un ancien lotissement (typique suburb américaine), qui a été restructuré et dont les espaces verts sont maintenant envahis de maïs. Le bitume a été remplacé (on ne sait comment ni pourquoi) par de la terre, les autres pavillons ont disparu, et au centre de la place sont élevés des animaux (chèvres et moutons) tandis que les espaces verts sont plantés de maïs. Chacun sort sur la place pour discuter, une tasse de café à la main (et non pas un gobelet), les enfants s’entrainent à chasser et la médecine traditionnelle permet de se soigner. Les images présentées rappellent l’imagerie et l’imaginaire de la ville de Détroit. Bref, un retour à la nature et à la (petite) communauté, remis au gout du jour par un graphisme écolo-chic.

Mais ce charmant tableau pittoresque, image d’Epinal d’une Amérique pastorale, est troublée par l’arrivée de la milice, composée d’hommes à cheval, armés de fusils et de revolvers, qui imposent leur loi.Ces hommes tuent sans pitié et font régner la terreur. La fin de l’électricité signifie la fin de la démocratie, de la liberté de penser et d’agir et le retour au fascisme. Je ne m’étendrai pas sur l’intrigue en elle-même, qui débute avec l’arrivée de cette milice et le meurtre d’un personnage, et amène le reste des personnages principaux à se mettre en voyage pour accomplir une « quête ».

On découvre donc un peu plus tard ce que sont devenues les grandes villes : des repaires de voyous, de vandales, où la violence est quotidienne et l’ensemble des habitants asservis dans ce système totalitaire. Finalement, l’ensemble de la série fait ressembler la vie sans électricité à un Moyen-Age obscur, teinté d’écolo-chic (jolies images retravaillées des villes actuelles), pour ne pas trop effrayer le chaland. La « révolution » est bien une « évolution à reculons », un retour dans le chemin de l’évolution.

Mais ce sont en fait les années 60 qui font rêver.

Cependant, la série est un peu plus subtile que ce simple constat. En effet, ce retour en arrière n’est pas aussi direct qu’il y paraît. C’est bien plutôt une nostalgie des années 60 (l’énergie fossile facile, la pleine croissance et le niveau zéro de la conscience environnementale, ca vous dit quelque chose ?) qui perce dans la série.  Cette nostalgie passe par l’héroine de la série, 3 ans au moment du black out, 18 ans dans la série, qui chérit une petite boite en fer contenant des cartes postales de photos des villes des années 60. On voit sur une carte postale un grand stade éclairé, entouré d’un parking rempli de voitures. Cette carte postale éveille la nostalgie de la jeune fille pour une époque qu’elle n’a pas connue.

Quant aux années 2000 (le moment du black out), elles sont présentées dans la scène d’ouverture de la série (les quelques instants avant le black out), dans laquelle on voit d’abord une ville pleine de bruits (notamment sirènes de police) et de gratte-ciel se fondre dans l’intérieur du logement d’une famille américaine ordinaire. Dans cette maison, une petite fille regarde, avachie sur un canapé et le regard halluciné (ou amorphe), un dessin animé de bugs bunny surexcité, un petit garçon joue sur un ipad, le visage éclairé par le bleu de l’écran, et une mère, au téléphone avec sa propre mère, lui confesse « I know, we’ve grown back » (« je sais, nous sommes retournés en arrière »), quand ses enfants l’ignorent alors qu’elle leur propose de parler à leur grand-mère au téléphone.

L’électricité comme religion.

Ce qui choque également dans cette série, et qui est très peu souligné, c’est l’aspect religieux de la quête des personnages. Il leur faut à la fois chercher la cause du black out, pour pouvoir le réparer (parce que ! attention argument fallacieux ! si le black out avait été causé par la nature, nous aurions pu le réparer, nous les hommes, forts et dominateurs de la nature, or, en quinze ans, personne n’a pu le réparer, ce qui signifie, pour les personnages de la série, que le black out a été causé par des êtres humains), mais aussi aider l’un de leurs comparses.

En tous les cas, le générique martèle que « we’re hopefull that someone will come and light the way » (nous espérons que quelqu’un viendra et éclairera notre chemin), et cette métaphore qui est filée dans l’ensemble de la série de manière assez subtile entre la lumière/éléctricité et la lumière/foi est particulièrement dérangeante (notamment pour une athée comme moi), désigne assez clairement un personnage comme un possible Messie qui ramènera la lumière à l’humanité.

On peut rajouter dans le shaker une rebellion d’individus qui veulent faire revivre les Etats-Unis et se tatouent le drapeau US sur le dos en signe de reconnaissance, bref un patriotisme bon teint, et le producteur J.J. Abrams, producteur notamment de Lost, Fast Forward et Alias, séries réputées pour leurs mystères non résolus et on peut prédire une fin de série dans une explosion de religiosité…

Finalement, la série Révolution cherche à nous faire penser que toute révolution et un retour en arrière dans le chemin de l’évolution, pour maintenir le statu quo et réconforter l’état actuel des choses, mais aussi pour réaffirmer le role et l’importance de la religion et de la nation… On intègre des thèmes actuels, toute la logorrhée écologique (et notamment en surfant sur la vague du survivalisme des preppers) pour en ressortir une ré-assurance subtil du système tel qu’il est.

Compte-rendu, Martha C. Nussbaum, Capabilités, comment créer les conditions d’un monde plus juste ?

Compte-rendu également publié sur http://lectures.revues.org/9575.

Martha Nussbaum, Capabilités. Comment créer les conditions d’un monde plus juste ?, Paris, Flammarion, coll. « Climats », 2012, 300 p., trad., Solange Chavel, ISBN : 978-2-08-127077-0.

Martha C. Nussbaum est une philosophe américaine, professeur à l’université de Chicago. Après (entre autres) Femmes et développement humain : l’approche des capabilités, en 2008 et Les émotions démocratiques : Comment former le citoyen du xxie siècle ? en 2011, elle revient avec Capabilités, Comment créer les conditions d’un monde plus juste ?, aux Editions Climets, en 2012. Cet ouvrage rassemble dans une visée didactique et vulgarisatrice, l’ensemble des théories sur les capabilités, développées depuis les années 80 avec (entre autres) Amartya Sen. Un des objectifs affichés de l’ouvrage est de convaincre les acteurs publics (et en particulier institutionnels) du bien-fondé de cette « contre-théorie » et de leur donner des outils pour la mettre en œuvre.

L’approche des capabilités est en effet une contre-théorie qui s’appuie d’abord sur une critique de l’omniprésence de la richesse comme mesure de la qualité de vie notamment dans les sociétés occidentales. L’approche des capabilités s’oppose au culte du PIB, élément de mesure de la richesse des pays qui focalise les attentions, est l’opérateur de toutes les comparaisons et est trop souvent considéré comme un juste reflet de la qualité de vie d’un pays.

Au-delà de cette définition en négatif, qu’est-ce alors que cette théorie des capabilités ? Pour Nussbaum, il s’agit « (d)es réponses à la question : ‘’Qu’est-ce que cette personne est capable de faire et d’être ?’’. » (p. 39) c’est-à-dire un ensemble de possibilités, de libertés de choisir et d’agir : « il ne s’agit donc pas simplement des capacités dont une personne est dotée, mais des libertés ou des possibilités crées par une combinaison de capacités personnelles et d’un environnement politique, social et économique. » (p. 39). Pour éclairer cette définition, Nussbaum distingue les capabilités internes (les caractéristiques d’une personne, qui ont trait à sa personnalité, ses capacités tant motrices que perceptives ou intellectuelles – qu’il ne faut pas confondre avec les caractères innés d’une personne), des capabilités combinées (c’est-à-dire des capabilités internes « auxquelles s’ajoutent les conditions sociales, politiques et économiques om le fonctionnement correspondant peut effectivement être choisi » p. 43). Cette distinction souligne le rôle-clé joué par les politiques publiques pour mettre en place une approche par les capabilités.

Nussbaum propose alors de manière pragmatique une liste de dix capabilités dites centrales, qui définissent un seuil minimum de capabilités, sur lesquelles s’appuyer pour mettre en place une politique publique fondée sur les capabilités. Ces dix capabilités sont les suivantes : la vie, la santé du corps, l’intégrité du corps, les sens (associés à l’imagination et la pensée), les émotions, la raison pratique, l’affiliation, les autres espèces, le jeu, le contrôle sur son environnement. Ces capabilités de base répondent pour Nussbaum au minimum exigé par la dignité humaine.

Le reste de l’ouvrage est consacré à ancrer cette approche dans le champ philosophique via notamment une comparaison d’avec des approches plus traditionnelles (par le PIB, l’approche utilitariste, et les approches ressourcistes entre autres), et à ouvrir des pistes pour un approfondissement de la notion de capabilités, notamment autour de l’application de cette théorie aux animaux, mais aussi aux questions de genres, ou encore au handicap et à la vieillesse. Une autre piste ouverte est celle d’un possible élargissement de la question des capabilités aux rapports entre Etats-Nations. Cette piste nous permet d’aborder avec un regard un peu critique l’œuvre de Nussbaum. En effet il y aurait pour Nussbaum un certain devoir des pays riches de promouvoir les capabilités des pays pauvres. Or l’approche des capabilités a cela d’original et, je pense, de puissant, qu’elle s’attache très fortement à la notion d’individu (il ne s’agit pas d’aider un quartier, un territoire, mais bien un être humain, et la notion centrale de dignité humaine, pour problématique qu’elle est, n’est pas neutre à ce titre), mais force est de constater que, quand on envisage les capabilités à un niveau inter-étatique, cette approche de l’individu est moins directement opérante. D’autre part, Nussbaum réduit bien rapidement, dans son chapitre sur ce sujet, cette idée néanmoins intéressante (celle de redistribution entre pays) à une contribution à hauteur de 2% du PIB (des pays développés vers les pays en voie de développement), sans même envisager que l’échange puisse également avoir lieu dans l’autre sens et (surtout) ne pas être de type monétaire.

Nous finirons (dans cette veine un peu critique) sur deux questions que pose selon nous cette approche des capabilités. D’abord, l’approche des capabilités pose la question des savoirs pris en compte. On considère que les individus ne sont pas capables sous certains aspects, or ne faudrait-il pas réhabiliter certains autres savoirs, ou plutôt certaines habiletés, ingéniosités ? On ne peut ignorer la prégnance dans notre monde des savoirs logico-formels et d’une certaine rationalité, qu’en est-il alors d’autres types d’appréhension du monde ? Quelle place leur donner dans une approche par les capabilités ?

La deuxième question que pose cet ouvrage est la question de la lutte sociale et les théories de la domination[1]. Nussbaum réduit les obstacles à la mise en place des capabilités dans les politiques publiques à de la psychologie politique (dernier chapitre), des réticences au changement, laissant de côté tout un pan de la sociologie critique et des théories de la domination. Il semble que Nussbaum attende une épiphanie de la part des dirigeants de ce monde, qui les ferait prendre conscience de l’importance des capabilités et renoncer au PIB. Il nous semble qu’aujourd’hui, développer la question des obstacles à la mise en œuvre des capabilités serait plus intéressante qu’un plaidoyer un peu naïf s’appuyant sur la dignité humaine.

En conclusion, malgré les difficultés qui sont posées par cette théorie des capabilités, cette dernière ouvre de nombreuses perspectives : en tant que théorie générale de la justice, elle pourrait s’appliquer à tout et tous, et en ouverture nous souhaitons avancer l’idée que cette théorie pourrait s’appliquer à nos rapports à l’environnement, figure aujourd’hui de nombreux enjeux et défis. La question ne serait plus de protéger ou de valoriser l’environnement mais bien de réfléchir à ce qu’il pourrait faire et être… bousculant ainsi les rapports entre individu et environnement.

 



[1] Notamment développées par Boltanski, 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, NRF Essais, Gallimard

 

Quand Alexandre Jardin rencontre (intellectuellement) Luc Boltanski

Je viens d’achever la lecture de l’avant-dernier ouvrage de Luc Boltanski, De la critique. Ce livre m’a tenu en haleine pendant un mois, m’entrainant avec lui dans un univers que je n’imaginais pas même possible, déconstruisant mon monde pour mieux le reconstruire. La dernière page m’a laissée seule dans mon salon avec une tisane verveine menthe et une petite déprime post-partem, que j’ai essayé de noyer en regardant la Grande Librairie, émission sur France 5 animée par François Busnel, dont la chevelure vaguelée n’a d’égal que sa voix posée.

C’est alors qu’Alexandre Jardin, avec son éternel sourire facétieux, est apparu sur l’écran. Dans un éclat de rire gourmand, il expose le thème de son dernier roman, éminemment inspiré par l’auteur, ses précédents ouvrages et sa propre vie, romancée voire fabulée. Ainsi donc le dernier ouvrage d’Alexandre Jardin, Des gens très bien, portait sur l’histoire de la famille Jardin et en particulier de son grand-père, Jean Jardin, dit le nain jaune, qui « fut, du 20 avril 1942 au 30 octobre 1943, le principal collaborateur du plus collabo des hommes d’Etat français : Pierre ­Laval, chef du gouvernement du maréchal Pétain. » (extrait de la première page du livre Des gens très bien, d’A. Jardin). Suite à cet ouvrage nombreux sont les lecteurs qui ont parlé de leur propre histoire familiale à Alexandre Jardin (toujours selon les dires de ce dernier lors de l’émission susmentionnée!), parmi ces lecteurs rencontrés se trouve une jeune femme, Norma, qui lui a inspiré son dernier roman.

Dans la famille de Norma, le clan des Diskredapl, des bretons fortunés et fous-dingues, règne une tradition de vérité. Sur la tombe de la grand-mère est écrit « A ma femme, très portée sur le sexe mais peu sur le mien, son malheureux marié« , une famille dans laquelle le grand-père décédé n’est pas adulé comme un saint mais reconnu pour ce qu’il était, c’est-à-dire un homme au caractère difficile et au passé louche pendant la seconde guerre mondiale. Bref, le clan, sous l’impulsion de Norma et partant d’un terreau très favorable, a décidé de s’ouvrir à la vérité.

Vous me demanderez ce que vient faire Boltanski dans cette charmante histoire pleine de gouaille comme sait les écrire Alexandre, hymnes à la passion, l’amour, l’absolu, et (dorénavant) la vérité. Eh bien Boltanski (dans son dernier ouvrage) s’intéresse aux institutions et à la critique, en partant de la distinction entre monde et réalité (un peu de patience, cela va s’éclaircir). Pour Boltanski, le monde  « est l’immanence même ; ce en quoi chacun se trouve pris en tant qu’il est plongé dans le flux de la vie, mais sans nécessairement faire accéder au registre de la parole, encore moins de l’action délibérée, les expériences qui s’y enracinent. » (p.94). Or ce monde, nous avons besoin de le décrire, de se le représenter, de le construire d’une certaine manière. Or, chacun et donc personne, du fait de sa corporéité, de sa subjectivité, ne peut prétendre à l’universalité : « Aucun individu (…) n’est en mesure de dire aux autres, à tous les autres, ce qu’il en est de ce qui est » (p. 96) Les institutions seraient nées pour résoudre cette difficulté : « la seule solution envisageable est donc de déléguer la tache de dire ce qu’il en est de ce qui est à un être sans corps. » (p. 117). L’institution a donc pour rôle de nous assurer une sécurité sémantique, de déterminer ce qu’il en est de ce qui est. Bien entendu cette détermination entraine nécessairement une violence symbolique et un certain arbitraire, que la critique a pour rôle de contre-balancer (pour le moins).

Boltanski développe son propos à l’échelle de la société, mais Alexandre Jardin nous invite à réfléchir à la première des institutions, celle de la famille. Qu’en est-il de l’émancipation familiale ? D’une possibilité de critique dans la famille ? Une analyse poussée sur plusieurs familles pourraient faire apparaitre des types de régimes de domination familiales, des types de critiques, liées éventuellement à différents ages de la vie, peut-être à différents milieux sociaux, à la place de la famille dans le régime de domination social (dominés et dominants). On pourrait étudier comment un individu peut ou ne peut pas passer d’un état de dominé à celui de dominant (du petit garçon obéissant au patriarche respecté ou bien au contraire, le petit garçon est dès le début dominant et sa parole est d’or).

Il est à ce titre intrigant que le personnage du livre d’A. Jardin s’appelle Norma, qui renvoie à la norme, et ne peut pas ne pas nous faire penser à la norme notamment déployée par Foucault. Qu’en est-il de la normalité vis à vis de la vérité, ou plus précisément de la construction de la réalité par l’institution que représente la famille ? Pour finir de tisser le parallèle entre le livre de Jardin et celui de Boltanski, il est intéressant de noter que l’ouvrage de Jardin s’appelle Joyeux Noel. Or Noel constitue ce que Boltanski appelle des épreuves de vérité. Ces épreuves  « s’attachent à déployer, de façon stylisée, avec une visée de cohérence et de saturation, un certain état pré-établi de la relation entre formes symboliques et états de choses de façon à le reconfirmer sans cesse. » (p. 157) Il s’agit de rituels, reposant la répétition et la tautologie, qui jouent un role de maintenance de la réalité : « Leur effet, quand elles réussissent, n’est pas seulement de faire accepter la réalité. Il est de la faire aimer. » (p. 159). Bref, une nouvelle manière de regarder Noel…

 

Edit : Finalement, tout se passe comme si Alexandre Jardin avait dans l’ensemble de ces oeuvres cherché à ouvrir des brêches dans la réalité, et avait mis en scène dans ses ouvrages des épreuves existentielles, au sens de Boltanski. Boltanski les définit comme des épreuves individuelles, souvent liées à une humiliation, ou à une injustice. Transposée chez Jardin, l’épreuve existentielle garde son caractère individuel, personnel et donc subjectif, et se lie à une insatisfaction vis-à-vis de la vie. Si Alexandre, dans Fanfan, ment à cette dernière pour conserver la joie de la passion, ou si dans le Zèbre, un mari ment à sa femme pour lui cacher son métier d’agent secret, c’est que la réalité doit être construite. Chaque monde doit être interprété en une réalité et ce qu’Alexandre Jardin cherche (selon moi), à nous faire voir, c’est que chacun d’entre nous peut construire sa propre réalité personnelle, ouvrir des brèches dans la réalité pour y faire apparaitre le monde. Ce que Boltanski affirme sur le plan social, Jardin cherche à le montrer et le mettre en oeuvre à un niveau individuel.

Des vertus de la circumnambulation dans le monde moderne

Les rond-points ponctuent aujourd’hui le monde urbain par leur forme ronde et leurs décorations variées. Symboles navrants d’un monde qui, pour aller toujours plus vite, tourne en rond, les rond-points témoignent avec une la poésie de l’absurdité, des grands mythes qui gouvernent nos villes : celui de la vitesse (aller plus vite serait être plus libre, s’arreter, être « coincé » dans un bouchon étant aujourd’hui un des summums de la privation de la liberté de l’individu pour certains), et surtout le mythe de la rationalisation de l’aménagement de l’espace.

C’est le sujet du documentaire de Pierre Goetschel, réalisé en 2010, et sobrement intitulé « Rond-Point ». Le film suit un personnage lunaire sur les traces de cet objet urbain récent : le rond-point. Ses pérégrinations le font rencontrer un représentant en fleurissement urbain, d’un lama tibétain, d’urbanistes, de maires, d’un joueur de vielle, d’un derviche tourneur, d’un sculpteur, d’un anthropologue… Par des images obsédantes de ronds-points plus kitschs les uns que les autres, le documentaire nous montre avec un sourire narquois l’absurdité de nos mondes urbains modernes qui répondent au mot d’ordre de la rationalisation, magnifiquement incarnée par un ingénieur de la ville de Nantes (fier d’avoir inventé les « fameux » doubles ronds-points nantais).

Pourtant, malgré ce que le rond-point exprime et porte comme charge symbolique et comme expression d’une certaine rationalité aménagiste, il n’en demeure pas moins qu’il ressort du documentaire de Pierre Goetschel que l’humain sait trouver à se nicher même dans les dispositifs les plus techniques et qui paraissent les plus froids. Que ce soit la fierté d’un membre des services techniques de la mairie (« les gens ils voudraient pouvoir visiter l’intérieur du rond-point, c’est touristique, mais on peut pas, c’est trop dangereux »), ou encore les élus qui se rencontrent lors d’un salon national sur l’aménagement urbain et qui parlent avec convivialité et fierté de leurs rond-points.

Au final on pourrait presque esquisser une lueur d’espoir. Car, si la circumnambulation a montré dans de nombreuses religions ses vertus à faire atteindre aux individus, en groupe à une révélation, une illumination, pourquoi les rond-points ne pourraient-ils finalement pas avoir le même effet : révéler à notre société l’absurdité du monde urbain tel qu’il existe aujourd’hui, et la nécessité de re-fonder notre rapport à la ville et à l’environnement ?

LE DVD DU FILM : http://oeilsauvage.com/spip/catalogue.html

S’ancrer pour mieux avancer. Boltanski, 2009, De la critique.

Dans les deux premiers chapitres de De la critique (2009), Boltanski définit un programme critique pour la sociologie. Cette prise de position dans le champ des sciences sociales résonne particulièrement avec mon projet de thèse qui relève lui aussi de la critique. Mais de quelle critique parle-t-on ? D’où vient le terme ? Comment s’est-il forgé dans le champ de la sociologie ? Qu’est-ce que cette mise au point sur la sociologie de la critique peut me permettre de construire dans mon projet de thèse ? Pour répondre à ces questions, je reviendrai d’abord sur la présentation que fait Boltanski, dans les deux premiers chapitres de De la critique, du projet de sociologie critique de la domination, pour ensuite en tirer des enseignements plus spécifiques à mon travail de thèse.

Sociologie classique vs sociologie critique

Dans un but analytique, Boltanski distingue une sociologie classique (à laquelle appartiennent la majorité des productions en sociologie des 30 à 40 dernières années) et la sociologie critique (projet qui commence avec Bourdieu et est continué depuis notamment par Boltanski, Thévenot, Lafaye…). La sociologie classique s’attacherait particulièrement à décrire des relations sociales, notamment de pouvoir (facilement observables), via une position extérieure affirmée (neutralité axiologique) confinant parfois l    a sociologie dans une situation d’expertise, possiblement instrumentalisée par le management (ses objectifs devenant alors soit d’accroitre la rationalité des organisations et augmenter leur productivité, soit de limiter les coûts « humains » des politiques gestionnaires).

Or, les sciences sociales sont radicalement différentes de l’expertise en ce qu’elles posent « la possibilité d’un projet de description qui serait celui d’une anthropologie sociale générale. » (p. 23 à vérifier). C’est ce que font par exemple l’ethnologie ou l’histoire (qui, elles, n’ont pas de problème à se poser comme extérieures à leur objet d’étude, l’une grâce à un éloignement spatio-culturel, et l’autre un éloignement a minima temporel). Pour la sociologie, cette posture est plus difficile à tenir, et notamment l’extériorité du chercheur est plus complexe. Il faut que le sociologue prenne conscience du mouvement qui le pousse à l’extériorité, et ce en trois mouvements : « Cette sortie imaginaire de la viscosité du réel suppose, dans un premier temps, de dépouiller la réalité de son caractère de nécessité tacite et de faire comme si elle était arbitraire (…), pour dans un second temps, lui restituer la nécessité dont on l’a d’abord privée, mais à laquelle cette opération de déplacement a confié un caractère réflexif et global, au sens où les formes de nécessité identifiées localement sont rapportées à un univers des possibles. » (pp. 24-25)

Cette nécessaire extériorité et ce projet de description relevant d’une anthropologie sociale générale font que sociologie et critique sont en réalité intimement liées : « les descriptions sociologiques sont orientées, dans leur conception même, vers le genre d’usage qu’en feront les théories métacritiques. » (p. 36)

Les fondements de la sociologie critique

Reste alors à comprendre comment définir et fonder cette critique et ce que serait une sociologie critique pour Boltanski ?

Cette sociologie critique s’appuie sur une théorie de la domination. A l’inverse du pouvoir qui est facilement observable (via les relations de pouvoir notamment), la domination doit être révélée : « Tout se passe comme si les acteurs subissaient la domination qui s’exerce sur eux non seulement à leur insu mais parfois même en contribuant à son exercice. » (p. 17). La sociologie n’étudie plus alors des relations sociales (objet qui découle de l’observation) mais un ordre social (un objet construit). Enfin, il nous faut noter que la domination forme une totalité, il s’agit d’un « objet de synthèse » (p. 16).

Maintenant que nous avons clarifié les objets d’étude que prend la sociologie de la critique (c’est-à-dire la domination et l’ordre social), il nous faut comprendre comment se construit une telle sociologie. En particulier, se pose la question épineuse de la justification et de la normalisation de cette critique : sur quels critères le sociologue se base-t-il pour émettre une critique ? Comme nous venons de le voir, la prétention à une neutralité axiologique totale est complètement est abandonnée dans le projet de théorie critique de la domination. Cela ne signifie pas qu’elles ne doivent pas « se donner des points d’appui normatifs suffisamment autonomes par rapport aux corpus moraux particuliers mis en forme depuis des approches religieuses ou politiques déjà identifiées, et revendiquées en tant que telles par des groupes spécifiques. » (p. 21), bien au contraire.

Pour ce faire, le lien aux critiques ordinaires est clé. Les critiques dites ordinaires sont les critiques émises par les acteurs eux-mêmes, et relevant par exemple de jugements moraux ou spirituels. La sociologie critique doit construire une métacritique à partir des critiques ordinaires : « Elle peut ou même doit – dit Raymond Guess – se saisir des insatisfactions des acteurs, les prendre explicitement en compte dans le travail de théorisation, de façon à modifier leur rapport à la réalité sociale et, par là, cette réalité sociale elle-même dans le sens d’une émancipation. » (p. 20)

En effet, la sociologie de la critique n’est pas une discipline qui prend la connaissance comme but ultime ou la construction d’utopie comme objectif. Au contraire, ancrée dans un système d’acteurs, la sociologie critique se pose pour horizon l’émancipation des individus : « Les théories critiques se nourrissent de ces critiques ordinaires, même si elles les élaborent différemment, les reformulent, et sont destinées à y faire retour, puisqu’elles ont pour visée de rendre la réalité inacceptable et, par là, d’engager les personnes auxquelles elles s’adressent dans des actions qui doivent avoir pour résultat d’en changer les contours. » (pp. 20-21)

 

Sociologie critique, théorie de la domination et compétences

La Ferme du Parc des Meuniers constitue l’un des terrains de ma thèse (déjà défriché lors de mon mémoire de master 2). Cette approche critique de Boltanski me permet d’apporter un regard critique (c’est bien le sujet) sur mon travail de master 2. En effet, une première approche du terrain m’a permis de comprendre les critiques émises par les acteurs, de les assimiler et les prendre en compte dans mon travail. Pas encore familière d’avec les théories de la critique, je les ai peut-être (sans doute) trop prises comme une sorte de commande de leur part (on aimerait bien comprendre telle et telle chose, on fait tels constats d’échec là-dessus…), sans réussir réellement à m’en extraire et à décrypter à un niveau méta.

Plus généralement la critique révèle un aspect paradoxal de mon travail. J’étudie des collectifs qui, justement, expérimentent pour sortir de cette réalité que d’une manière ou d’une autre, ils rejettent. C’est-à-dire que la Ferme du Parc des Meuniers par exemple, fait le constat d’échec des politiques publiques sur le plan social et propose une alternative. Comment alors appliquer la sociologie de la critique à des alternatives ?  Où se situe la dispute, l’épreuve ?

Pour répondre à cette question, nous ferons un rapprochement entre Boltanski et Rancière. Au premier abord, les deux semblent contradictoires. Pour Rancière, un travailleur n’a pas besoin d’un sociologue pour savoir qu’il est exploité. L’objectif n’est pas de « prendre conscience » de l’exploitation, mais au contraire, de pouvoir l’« ignorer », c’est-à-dire de pouvoir se défaire de l’identité que cette situation impose et se penser capables de vivre dans un monde sans exploitation. C’est ce que veut dire le mot émancipation pour Rancière. En réalité ces deux projets se rejoignent : pour pouvoir ignorer cette exploitation, il faut la comprendre et comprendre son caractère arbitraire. C’est la question du test de réalité qu’aborde Boltanski. Pour Boltanski, les acteurs font preuve d’une « autorestriction réaliste » (p. 61) : « les personnes ordinaires mettent rarement en question, au moins dans le cours habituel de la vie sociale, le cadre général dans lequel s’inscrivent les situations qui suscitent de leur part indignations et protestations, c’est-à-dire l’ensemble des formats d’épreuves et des qualifications instituées. Sans doute parce que, en l’absence d’outils de totalisation, les contours de cet ensemble général d’épreuves, et de leurs effets, leur échappent souvent. » (pp. 58-59). Ils peuvent faire vaciller la réalité, en faire apparaître le caractère arbitraire, quand ils sont en groupe : « tout se passe en effet comme si la teneur de la réalité avait, pour chaque personne prise isolément, un caractère incertain. (…) Chacun ne reconnaît la réalité (…) que parce que d’autres la lui désignent comme telle. » (p. 65)

C’est alors la compétence même des acteurs (tout comme le fait la linguistique) à faire vaciller cette réalité qui est l’objet d’étude de la sociologie critique : La réalité vacille quand « les acteurs pourront avoir accès à des dispositifs pratiques et à des outils cognitifs leur permettant de rompre leur isolement en rapprochant les situations, dont ils subissent les contraintes, de situations certes différentes, où se trouvent plongés des acteurs dotés de propriétés également différentes, mais avec lesquels une comparaison ou un rapprochement pourront être établis. » (p. 62). Finalement, la sociologie permet cette prise de distance d’avec la réalité, pour la traiter comme une réalité arbitraire, et permettre ainsi aux acteurs de se mettre à distance : « la possibilité de lutter contre la domination en faisant passer les dominés d’un état fragmentaire à un état collectif, constitue l’un des objectifs premiers du travail d’émancipation que se propose la critique. » (p. 74). Ce qui ré-assure mon projet dans son optique d’étude des savoirs et savoir-faire présents dans ces initiatives, qui sont au cœur finalement des compétences des individus, dans une optique d’émancipation.

 

Liens sur la toile : 

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_1990_num_3_10_2129

http://www.philomag.com/article,entretien,jacques-ranciere-il-n-y-a-jamais-eu-besoin-d-expliquer-a-un-travailleur-ce-qu-est-l-exploitation,375.php

Ville néolibérale, critique sympathique

Saint-Etienne, le 13 septembre 2012. Colloque : « La ville durable, une thèse crédible ? » Organisé par le labex Intelligences des Mondes Urbains et l’Université de Lyon.

Le projet scientifique du colloque est disponible à cette adresse : http://altervilles.universite-lyon.fr/colloque-septembre/la-ville-neoliberale-une-these-credible-projet-scientifique-179766.kjsp?RH=1338455066631.

La ville néolibérale est aujourd’hui un paradigme quasi dominant dans les sciences sociales de l’urbain. Accusé de toutes les difficultés de la ville actuelle, le néolibéralisme est invoqué pour parler des Jeux Olympiques comme de la gestion de l’eau. Cependant, ce terme manque aujourd’hui de définition, et d’assise empirique. Confondue tour à tour avec le capitalisme, ou la financiarisation, la néo-libéralisation, sans être définie, est tout et partout, deus ex machina qui conclut facilement nombre de papiers scientifiques. Ce colloque se propose, à travers une critique (sympathique) de cette « thèse » de la ville néolibérale, d’en refonder les bases scientifiques  pour une analyse approfondie.

 

Elements de définition du néolibéralisme

Gilles Pinson, Christelle Morel Journel et Patrick Le Galès ont chacun proposé des éléments de définition du néolibéralisme que nous réunissons ici.

Le néolibéralisme prend appui en premier lieu sur la proéminence du marché et de ses mécanismes. Reposant sur l’idée que les régulations de marché (via les mécanismes de l’offre et de la demande et un ajustement par les prix) sont les plus pertinentes pour organiser la société, le néolibéralisme se déploie alors dans deux directions : une marchandisation généralisée (qui va des sols aux relations interindividuelles) et une compétition de tous partout (renvoyant à l’argent comme principale source de légitimité de l’action).

Cependant, ce marché, dont on vient de voir qu’il serait le seul à même de permettre à la société d’atteindre un supposé optimum,  doit être construit et organisé. il s’agit de créer des individus et des groupes qui se comportent selon une logique économique (les néolibéraux et en particulier Hayek connaissaient très bien Polanyi et son analyse de la résistance des individus à n’être que des homo oeconomicus). L’Etat est donc nécessaire pour forcer l’imposition des mécanismes de marché.

Ainsi, l’Etat joue un rôle crucial dans le néolibéralisme. Si le libéralisme cantonnait l’Etat à ses compétences régaliennes, le néolibéralisme au contraire prend appui sur un Etat fort, voire autoritaire. De l’Angleterre de Thatcher au Honduras aujourd’hui, ce sont les Etats les plus autoritaires qui ont proposé le cadre le plus propice à l’épanouissement du néolibéralisme.

Enfin, un dernier caractère du néolibéralisme tient à une obsession de dépolitisation des enjeux : rationalité, efficacité, intérêt sont les maitres mots et cherchent à exclure toute réflexion proprement politique.

 

La ville néolibérale serait une utopie ou un processus.

La ville néo-libérale, organisée selon ces principes, est pour P. Le Galès une utopie, et pour G. Pinson et C. Morel Journel un processus, plus qu’une réalité concrète établie.

Ce processus est impulsé entre autres par la désindustrialisation qui touche les villes occidentales dans les années 70. Une nouvelle division internationale du travail bouleverse les hiérarchies urbaines et met fin au compromis keynesiano-fordiste. La ville de New York peut servir d’illustration à ce processus. Dans les années 70, la ville se tourne résolument vers les activités financières, qui apportent avec elles une importante gentrification de la ville et une criminalisation de la misère. Sur le plan des politiques urbaines, on peut également citer Joe Flood (The Fires, 2010), qui décrit la gestion des risques à New York dans les années 70, et notamment une gestion des brigade de pompiers qui laisse délibérément bruler certains quartiers pauvres, par exemple le Bronx, pour concentrer les efforts sur les quartiers les plus riches.

Le processus de néo-libéralisation des villes et de leurs gouvernements peut alors être décrit de manière substantive par la conjonction de plusieurs éléments :

  • une obsession pour la concurrence, la compétitivité : l’objectif des villes devient de créer un « good business climate » ;
  • certains groupes sociaux sont favorisés (notamment les classes créatives décrites par Richard Florida) ;
  • la culture se trouve enrôlée dans ce processus (comme l’ont décrit notamment Biancini et Parkinson), via par exemples de grands évènements ;
  • on assiste à une érosion des services publics, de l’éducation, le logement social est résidualisé.

Cependant, un appel à la prudence est lancé : le néolibéralisme est parfois rapidement accolé à des phénomènes qui datent de bien plus longtemps, comme par exemple la rationalisation de l’action de l’Etat, qui était déjà décrite par Weber à une époque où n’existait pas encore le néolibéralisme. De la même manière, Manuel Aalbers montre, via l’étude d’anciens plans de zoning états-uniens, que des politiques anciennes pourraient être qualifiées de néolibérales si l’on ne prend pas garde à bien définir ce dont on parle.

 

Comment approfondir la recherche sur la ville néolibérale ?

Cette clarification des concepts effectuée, se pose la question de l’approfondissement de la recherche sur la ville néolibérale. Mais rappelons d’abord que deux sillons ont commencé à être creusés sur la ville néolibérale.

  • D’une part, l’économie politique radicale propose une critique de la ville à la suite de David Harvey, Neil Smith, Neil Brenner, Jamie Peck, Adam Tickell.
  • D’autre part, une approche foucaldienne étudie plus précisément la gouvernementalisation des conduites dans la ville dite néolibérale. Ce courant est représenté par Loic Wacquant, Wendy Larner, Engin Isin, Mustafa Dikec ou Hélène Reigner entre autres.

Une critique majeure est adressée à la thèse de la ville néolibérale : son manque d’empirie. En effet, elle ferait preuve d’un trop grand systématisme, d’une réification, via une approche mono-causale, et macro, des enjeux. Elle pêcherait par son manque d’empirie (à l’exception notable et notée des travaux de Manuel Appert, Max Rousseau et Vincent Béal), et aurait des difficultés à concevoir les changements et les temporalités.

En effet, l’après-midi était consacrée aux cas plus concrets, aux cas d’étude, dont la déconnexion d’avec les présentations de cadrage de la matinée est frappante et qui ont constitué un exemple concret des difficultés à appliquer les concepts développés ici à un terrain. Ces cas d’étude peinent à remonter en généralité et à répondre aux enjeux qui ont été ouverts dans la matinée. Après une présentation sur l’Espagne et la bulle immobilière, puis sur Singapour et ses oscillations entre socialisme municipal et capitalisme d’Etat, Dominique Lorrain a présenté une recherche sur les firmes urbaines, qui montrent une diversité de ces firmes (en termes de taille, business model, rapport aux institutions/territoires), mais aussi une prédominance du hasard, du mouvement, de la bifurcation dans l’histoire de ces firmes (et non pas une stratégie général), donnant à voir en arrière-plan une diversité des formes de capitalisme, et proposant d’ajouter au couple Etat/marché un autre acteur : les grandes firmes.

Les conférenciers ont proposé plusieurs pistes pour approfondir la recherche sur la ville néolibérale et dépasser ces critiques

  • Une option serait d’explorer les variétés du capitalisme (à la suite de Hall, Saskice, Streeck, Thelen). Pour Peter Hall par exemple, il existe un capitalisme libéral (Angleterre et US) et une économie de marché coordonnée (Allemagne, Japon, France). Cette variété des capitalismes permettrait de raffiner la définition du (ou des) néolibéralismes.
  • Une autre option serait de s’intéresser à l’économie sociologique (avec par exemple Dominique Lorrain), et d’axer les recherches sur des systèmes d’acteurs, sur un plan micro et dans une optique très empirique.
  • Enfin une dernière option serait d’axer les recherches sur l’Etat et les politiques publiques. P. Le Galès rappelle à cet effet la différence entre les politiques publiques et les villes, qualifier les unes de néolibérales ne signifie pas que les autres suivent. De la même manière, la distinction entre discours et action est surement à faire.

 

Sur le dispositif : des difficultés à échanger entre professionnels et chercheurs

L’un des objectifs du colloque était de faire partager universitaires et professionnels. Lors de chaque session de deux heures, après trois interventions d’universitaires, deux professionnels étaient appelés à réagir. Il est intéressant de noter qu’il s’agit d’une sorte de renversement de postures : habituellement, les chercheurs écoutent les professionnels puis réagissent, les professionnels constituent une des matières premières des chercheurs, tandis que dans ce cas, le regard est inversé. Cependant les réactions des professionnels peinent à être réellement pertinente et à créer de réels ponts entre ces deux mondes. Ces difficultés nous amènent à nous interroger sur la pertinence du dispositif d’exposer pour créer de réels échanges.

Une piste pourrait être de faire venir des chercheurs avec les professionnels qui ont participé à leur recherche (comme enquêté par exemple), pour avoir un retour sur une situation d’échange chercheur/praticien ?  De la même manière on constate une réelle difficulté à instaurer des échanges fructueux avec la salle, une portion temporelle congrue étant dévolue aux échanges, et l’écoute passive du public pendant une longue période entrainant une état peut propice à la participation.

Cependant malgré ce constat d’échec de réel échange, le regard des professionnels a permis de mettre à jour un langage qui n’a quasiment pas été utilisé par les chercheurs : EPA, SCOT, PLU, agence d’urbanisme, élus, promoteurs, autant d’objets que les chercheurs n’ont pas saisi dans leur recherche de la ville néolibérale et qui devrait être l’objet d’interrogations.

 

Ville néolibérale, ville durable ?

En fin de journée, une intervention de Mike Raco (UCL) a mis en lien durabilité et néolibéralisme. Il souligne la divergence entre les vocables qu’on associe habituellement au développement durable (localisme, end of Big Government, empowerment, devolution, anti-bureaucratic, natural communities…) et la réalité des pratiques, qui s’appuient sur l’idée que les entreprises sont plus efficaces que le secteur public. La durabilité devient alors l’objet de contrats, et en particulier de nombreux PPP (partenariats public-privés). Ces derniers s’étendent sur une durée comprise entre 20 et 30 ans, ce qui rend difficile l’adaptation à des conditions nouvelles liées au développement durable. Mike Raco souligne également la privatisation des actifs publics (éclairage public, brigades de pompiers, hopitaux), qui pose au final la question de la démocratie et de la gouvernance de nos sociétés. L’argent public étant finalement privatisé, cela pose d’importants problèmes.

 

Une bibliographie sur le sujet est disponible sur le site du master Altervilles : http://altervilles.universite-lyon.fr/colloque-septembre/la-ville-neoliberale-une-these-credible-references-179638.kjsp?RH=1338455066631