« Révolution », la dernière série télé américaine réactionnaire

Aussi louable que soit la capacité de digestion de l’industrie hollywoodienne des thèmes les plus actuels de notre société (et en particulier des épisodes de guerre, depuis Apocalypse Now en 1979 jusqu’à dans la vallée d’Elah en 2007 sur la guerre en Irak), cette retranscription fictionnelle de l’actualité la plus brulante n’apporte pas toujours un regard critique sur la société. Bien au contraire.

Dernier exemple en date, la série Révolution (diffusée sur NBC depuis le 17 septembre 2012 et produite entre autres par J.J. Abrams) suit les aventures d’une famille quinze ans après le « black out », c’est-à-dire la fin de l’électricité, et recycle ainsi les peurs contemporaines portant sur la fin des énergies fossiles faciles et l’épuisement des ressources. Qu’en est-il alors de l’imaginaire véhiculé par cette série ? Que nous révèle-t-il sur l’appréhension du changement climatique par l’industrie hollywoodienne ?

Commençons d’abord par planter le décor. Chaque épisode commence par un rappel des faits par une voix off grave, ponctuée d’images d’un monde en détérioration.

« We lived in an electric world. We relied on it for everything. And then the power went out. Everything stopped working. We weren’t prepared. Fear and confusion led to panic. The lucky ones made it out of the cities. The government collapsed.  Milicians took over, controlling everything, stocking supply and weapons. We still don’t know why the power went out. But we’re hopefull that someone will come and light the way. »

(« Nous vivions dans un monde électrique. Nous comptions dessus pour tout. Et un jour le courant a sauté. Tout a arrêté de fonctionner. Nous n’étions pas préparés. La peur et la confusion mènent à la panique. Les plus chanceux quittèrent les villes. Le gouvernement s’effondra. Les miliciens ont pris le contrôle, amassant fournitures et armes. Nous ne savons toujours pas pourquoi l’électricité a été coupée. Mais nous espérons que quelqu’un viendra et nous éclairera le chemin »)

Quant au générique, c’est un signe en néon « évolution » se transformant en « révolution ».

Le black out entraine un retour au Moyen-Age matiné d’écolo-chic.

Comment est représenté ce futur, 15 ans après le « black out » ? Les héros se trouvent habiter ce qui pourrait ressembler à un village, composé de cinq maisons, rassemblées autour d’une place (figure 1). On devine un ancien lotissement (typique suburb américaine), qui a été restructuré et dont les espaces verts sont maintenant envahis de maïs. Le bitume a été remplacé (on ne sait comment ni pourquoi) par de la terre, les autres pavillons ont disparu, et au centre de la place sont élevés des animaux (chèvres et moutons) tandis que les espaces verts sont plantés de maïs. Chacun sort sur la place pour discuter, une tasse de café à la main (et non pas un gobelet), les enfants s’entrainent à chasser et la médecine traditionnelle permet de se soigner. Les images présentées rappellent l’imagerie et l’imaginaire de la ville de Détroit. Bref, un retour à la nature et à la (petite) communauté, remis au gout du jour par un graphisme écolo-chic.

Mais ce charmant tableau pittoresque, image d’Epinal d’une Amérique pastorale, est troublée par l’arrivée de la milice, composée d’hommes à cheval, armés de fusils et de revolvers, qui imposent leur loi.Ces hommes tuent sans pitié et font régner la terreur. La fin de l’électricité signifie la fin de la démocratie, de la liberté de penser et d’agir et le retour au fascisme. Je ne m’étendrai pas sur l’intrigue en elle-même, qui débute avec l’arrivée de cette milice et le meurtre d’un personnage, et amène le reste des personnages principaux à se mettre en voyage pour accomplir une « quête ».

On découvre donc un peu plus tard ce que sont devenues les grandes villes : des repaires de voyous, de vandales, où la violence est quotidienne et l’ensemble des habitants asservis dans ce système totalitaire. Finalement, l’ensemble de la série fait ressembler la vie sans électricité à un Moyen-Age obscur, teinté d’écolo-chic (jolies images retravaillées des villes actuelles), pour ne pas trop effrayer le chaland. La « révolution » est bien une « évolution à reculons », un retour dans le chemin de l’évolution.

Mais ce sont en fait les années 60 qui font rêver.

Cependant, la série est un peu plus subtile que ce simple constat. En effet, ce retour en arrière n’est pas aussi direct qu’il y paraît. C’est bien plutôt une nostalgie des années 60 (l’énergie fossile facile, la pleine croissance et le niveau zéro de la conscience environnementale, ca vous dit quelque chose ?) qui perce dans la série.  Cette nostalgie passe par l’héroine de la série, 3 ans au moment du black out, 18 ans dans la série, qui chérit une petite boite en fer contenant des cartes postales de photos des villes des années 60. On voit sur une carte postale un grand stade éclairé, entouré d’un parking rempli de voitures. Cette carte postale éveille la nostalgie de la jeune fille pour une époque qu’elle n’a pas connue.

Quant aux années 2000 (le moment du black out), elles sont présentées dans la scène d’ouverture de la série (les quelques instants avant le black out), dans laquelle on voit d’abord une ville pleine de bruits (notamment sirènes de police) et de gratte-ciel se fondre dans l’intérieur du logement d’une famille américaine ordinaire. Dans cette maison, une petite fille regarde, avachie sur un canapé et le regard halluciné (ou amorphe), un dessin animé de bugs bunny surexcité, un petit garçon joue sur un ipad, le visage éclairé par le bleu de l’écran, et une mère, au téléphone avec sa propre mère, lui confesse « I know, we’ve grown back » (« je sais, nous sommes retournés en arrière »), quand ses enfants l’ignorent alors qu’elle leur propose de parler à leur grand-mère au téléphone.

L’électricité comme religion.

Ce qui choque également dans cette série, et qui est très peu souligné, c’est l’aspect religieux de la quête des personnages. Il leur faut à la fois chercher la cause du black out, pour pouvoir le réparer (parce que ! attention argument fallacieux ! si le black out avait été causé par la nature, nous aurions pu le réparer, nous les hommes, forts et dominateurs de la nature, or, en quinze ans, personne n’a pu le réparer, ce qui signifie, pour les personnages de la série, que le black out a été causé par des êtres humains), mais aussi aider l’un de leurs comparses.

En tous les cas, le générique martèle que « we’re hopefull that someone will come and light the way » (nous espérons que quelqu’un viendra et éclairera notre chemin), et cette métaphore qui est filée dans l’ensemble de la série de manière assez subtile entre la lumière/éléctricité et la lumière/foi est particulièrement dérangeante (notamment pour une athée comme moi), désigne assez clairement un personnage comme un possible Messie qui ramènera la lumière à l’humanité.

On peut rajouter dans le shaker une rebellion d’individus qui veulent faire revivre les Etats-Unis et se tatouent le drapeau US sur le dos en signe de reconnaissance, bref un patriotisme bon teint, et le producteur J.J. Abrams, producteur notamment de Lost, Fast Forward et Alias, séries réputées pour leurs mystères non résolus et on peut prédire une fin de série dans une explosion de religiosité…

Finalement, la série Révolution cherche à nous faire penser que toute révolution et un retour en arrière dans le chemin de l’évolution, pour maintenir le statu quo et réconforter l’état actuel des choses, mais aussi pour réaffirmer le role et l’importance de la religion et de la nation… On intègre des thèmes actuels, toute la logorrhée écologique (et notamment en surfant sur la vague du survivalisme des preppers) pour en ressortir une ré-assurance subtil du système tel qu’il est.

Quand Alexandre Jardin rencontre (intellectuellement) Luc Boltanski

Je viens d’achever la lecture de l’avant-dernier ouvrage de Luc Boltanski, De la critique. Ce livre m’a tenu en haleine pendant un mois, m’entrainant avec lui dans un univers que je n’imaginais pas même possible, déconstruisant mon monde pour mieux le reconstruire. La dernière page m’a laissée seule dans mon salon avec une tisane verveine menthe et une petite déprime post-partem, que j’ai essayé de noyer en regardant la Grande Librairie, émission sur France 5 animée par François Busnel, dont la chevelure vaguelée n’a d’égal que sa voix posée.

C’est alors qu’Alexandre Jardin, avec son éternel sourire facétieux, est apparu sur l’écran. Dans un éclat de rire gourmand, il expose le thème de son dernier roman, éminemment inspiré par l’auteur, ses précédents ouvrages et sa propre vie, romancée voire fabulée. Ainsi donc le dernier ouvrage d’Alexandre Jardin, Des gens très bien, portait sur l’histoire de la famille Jardin et en particulier de son grand-père, Jean Jardin, dit le nain jaune, qui « fut, du 20 avril 1942 au 30 octobre 1943, le principal collaborateur du plus collabo des hommes d’Etat français : Pierre ­Laval, chef du gouvernement du maréchal Pétain. » (extrait de la première page du livre Des gens très bien, d’A. Jardin). Suite à cet ouvrage nombreux sont les lecteurs qui ont parlé de leur propre histoire familiale à Alexandre Jardin (toujours selon les dires de ce dernier lors de l’émission susmentionnée!), parmi ces lecteurs rencontrés se trouve une jeune femme, Norma, qui lui a inspiré son dernier roman.

Dans la famille de Norma, le clan des Diskredapl, des bretons fortunés et fous-dingues, règne une tradition de vérité. Sur la tombe de la grand-mère est écrit « A ma femme, très portée sur le sexe mais peu sur le mien, son malheureux marié« , une famille dans laquelle le grand-père décédé n’est pas adulé comme un saint mais reconnu pour ce qu’il était, c’est-à-dire un homme au caractère difficile et au passé louche pendant la seconde guerre mondiale. Bref, le clan, sous l’impulsion de Norma et partant d’un terreau très favorable, a décidé de s’ouvrir à la vérité.

Vous me demanderez ce que vient faire Boltanski dans cette charmante histoire pleine de gouaille comme sait les écrire Alexandre, hymnes à la passion, l’amour, l’absolu, et (dorénavant) la vérité. Eh bien Boltanski (dans son dernier ouvrage) s’intéresse aux institutions et à la critique, en partant de la distinction entre monde et réalité (un peu de patience, cela va s’éclaircir). Pour Boltanski, le monde  « est l’immanence même ; ce en quoi chacun se trouve pris en tant qu’il est plongé dans le flux de la vie, mais sans nécessairement faire accéder au registre de la parole, encore moins de l’action délibérée, les expériences qui s’y enracinent. » (p.94). Or ce monde, nous avons besoin de le décrire, de se le représenter, de le construire d’une certaine manière. Or, chacun et donc personne, du fait de sa corporéité, de sa subjectivité, ne peut prétendre à l’universalité : « Aucun individu (…) n’est en mesure de dire aux autres, à tous les autres, ce qu’il en est de ce qui est » (p. 96) Les institutions seraient nées pour résoudre cette difficulté : « la seule solution envisageable est donc de déléguer la tache de dire ce qu’il en est de ce qui est à un être sans corps. » (p. 117). L’institution a donc pour rôle de nous assurer une sécurité sémantique, de déterminer ce qu’il en est de ce qui est. Bien entendu cette détermination entraine nécessairement une violence symbolique et un certain arbitraire, que la critique a pour rôle de contre-balancer (pour le moins).

Boltanski développe son propos à l’échelle de la société, mais Alexandre Jardin nous invite à réfléchir à la première des institutions, celle de la famille. Qu’en est-il de l’émancipation familiale ? D’une possibilité de critique dans la famille ? Une analyse poussée sur plusieurs familles pourraient faire apparaitre des types de régimes de domination familiales, des types de critiques, liées éventuellement à différents ages de la vie, peut-être à différents milieux sociaux, à la place de la famille dans le régime de domination social (dominés et dominants). On pourrait étudier comment un individu peut ou ne peut pas passer d’un état de dominé à celui de dominant (du petit garçon obéissant au patriarche respecté ou bien au contraire, le petit garçon est dès le début dominant et sa parole est d’or).

Il est à ce titre intrigant que le personnage du livre d’A. Jardin s’appelle Norma, qui renvoie à la norme, et ne peut pas ne pas nous faire penser à la norme notamment déployée par Foucault. Qu’en est-il de la normalité vis à vis de la vérité, ou plus précisément de la construction de la réalité par l’institution que représente la famille ? Pour finir de tisser le parallèle entre le livre de Jardin et celui de Boltanski, il est intéressant de noter que l’ouvrage de Jardin s’appelle Joyeux Noel. Or Noel constitue ce que Boltanski appelle des épreuves de vérité. Ces épreuves  « s’attachent à déployer, de façon stylisée, avec une visée de cohérence et de saturation, un certain état pré-établi de la relation entre formes symboliques et états de choses de façon à le reconfirmer sans cesse. » (p. 157) Il s’agit de rituels, reposant la répétition et la tautologie, qui jouent un role de maintenance de la réalité : « Leur effet, quand elles réussissent, n’est pas seulement de faire accepter la réalité. Il est de la faire aimer. » (p. 159). Bref, une nouvelle manière de regarder Noel…

 

Edit : Finalement, tout se passe comme si Alexandre Jardin avait dans l’ensemble de ces oeuvres cherché à ouvrir des brêches dans la réalité, et avait mis en scène dans ses ouvrages des épreuves existentielles, au sens de Boltanski. Boltanski les définit comme des épreuves individuelles, souvent liées à une humiliation, ou à une injustice. Transposée chez Jardin, l’épreuve existentielle garde son caractère individuel, personnel et donc subjectif, et se lie à une insatisfaction vis-à-vis de la vie. Si Alexandre, dans Fanfan, ment à cette dernière pour conserver la joie de la passion, ou si dans le Zèbre, un mari ment à sa femme pour lui cacher son métier d’agent secret, c’est que la réalité doit être construite. Chaque monde doit être interprété en une réalité et ce qu’Alexandre Jardin cherche (selon moi), à nous faire voir, c’est que chacun d’entre nous peut construire sa propre réalité personnelle, ouvrir des brèches dans la réalité pour y faire apparaitre le monde. Ce que Boltanski affirme sur le plan social, Jardin cherche à le montrer et le mettre en oeuvre à un niveau individuel.

Des vertus de la circumnambulation dans le monde moderne

Les rond-points ponctuent aujourd’hui le monde urbain par leur forme ronde et leurs décorations variées. Symboles navrants d’un monde qui, pour aller toujours plus vite, tourne en rond, les rond-points témoignent avec une la poésie de l’absurdité, des grands mythes qui gouvernent nos villes : celui de la vitesse (aller plus vite serait être plus libre, s’arreter, être « coincé » dans un bouchon étant aujourd’hui un des summums de la privation de la liberté de l’individu pour certains), et surtout le mythe de la rationalisation de l’aménagement de l’espace.

C’est le sujet du documentaire de Pierre Goetschel, réalisé en 2010, et sobrement intitulé « Rond-Point ». Le film suit un personnage lunaire sur les traces de cet objet urbain récent : le rond-point. Ses pérégrinations le font rencontrer un représentant en fleurissement urbain, d’un lama tibétain, d’urbanistes, de maires, d’un joueur de vielle, d’un derviche tourneur, d’un sculpteur, d’un anthropologue… Par des images obsédantes de ronds-points plus kitschs les uns que les autres, le documentaire nous montre avec un sourire narquois l’absurdité de nos mondes urbains modernes qui répondent au mot d’ordre de la rationalisation, magnifiquement incarnée par un ingénieur de la ville de Nantes (fier d’avoir inventé les « fameux » doubles ronds-points nantais).

Pourtant, malgré ce que le rond-point exprime et porte comme charge symbolique et comme expression d’une certaine rationalité aménagiste, il n’en demeure pas moins qu’il ressort du documentaire de Pierre Goetschel que l’humain sait trouver à se nicher même dans les dispositifs les plus techniques et qui paraissent les plus froids. Que ce soit la fierté d’un membre des services techniques de la mairie (« les gens ils voudraient pouvoir visiter l’intérieur du rond-point, c’est touristique, mais on peut pas, c’est trop dangereux »), ou encore les élus qui se rencontrent lors d’un salon national sur l’aménagement urbain et qui parlent avec convivialité et fierté de leurs rond-points.

Au final on pourrait presque esquisser une lueur d’espoir. Car, si la circumnambulation a montré dans de nombreuses religions ses vertus à faire atteindre aux individus, en groupe à une révélation, une illumination, pourquoi les rond-points ne pourraient-ils finalement pas avoir le même effet : révéler à notre société l’absurdité du monde urbain tel qu’il existe aujourd’hui, et la nécessité de re-fonder notre rapport à la ville et à l’environnement ?

LE DVD DU FILM : http://oeilsauvage.com/spip/catalogue.html