Le sentiment d’exister… entre intuition et possibilités d’approfondissement

Lors de mon travail de mémoire en M2, j’ai travaillé sur une initiative du Val de Marne, la Ferme du Parc des Meuniers, sur laquelle je reviendrai plus en détail très bientôt.

Lors de mon travail sur le terrain, j’ai ressenti que les individus s’engageant dans cette initiative « revivaient » d’une certaine manière. C’était une intuition, une impression vivace, mais que j’avais et ai toujours du mal à expliquer, expliciter, démontrer, argumenter. Je l’ai donc laissée hors de mon mémoire, mais ne peux m’empecher de le mentionner quand on me demande de parler de la Ferme. Oui c’est un lieu « social », c’est un lieu « solidaire », un lieu qui fait vivre l’environnement autrement, mais c’est aussi et peut-être surtout un lieu qui donne aux individus prise sur leur vie, les rend de nouveau acteurs de leur vie et donc d’une certaine manière, une existence plus pleine et entière. Tout cela sonnait pour moi comme de bons sentiments, une certaine naïveté voire été teinté d’un certain spiritualisme qui n’avait rien à faire dans un travail de recherche.

Jusqu’à ce dimanche. Ce dimanche où mon petit déjeuner a été égayé par la lecture du dernier numéro spécial de la revue Sciences Humaines, consacré aux « Idées en mouvement ». Au gré de ce retour sur les idées qui ont marqué l’année 2012 dans le champ des sciences sociales, j’ai découvert un article sobrement intitulé « Que veut dire « vivre » ? », par Jean-François Dortier. Ce dernier cite Frédéric Worms, professeur à Lille-III et son ouvrage paru en 2012 : Revivre. Eprouves nos blessures et nos ressources (Flammarion). Si ce dernier semble avoir une approche assez psychologique de la question, il n’en demeure pas moins qu’il explore l’idée de renaissance dans une vie tumultueuse : comment après une rupture, une difficulté majeure, un accident, un individu retrouve-t-il le sentiment de vivre ? Comment passer de la survie à la vie ? Comment distinguer les deux ?

L’article mentionne également le travail de Robert Neuburger, intitulé Exister. Le plus intime et fragile des sentiments (Payot, 2012). Explorant le concept d’exister, Neuburger vient s’inscrire en faux face à un Descartes et à sa théorie des machines. Je cite l’article

« Le sentiment d' »exister » dépasse donc le simple fait de vivre, c’est-à-dire de se nourrir, s’habiller et entretenir son organisme. Pour exister, il faut trouver plaisir à ce que l’on fait. Il faut également être en accord avec une certaine image de soi, entretenir des rêves et projets.Il faut enfin et surtout être percu, pris en compte et considéré par d’autres personnes comme étant quelqu’un qui importe à leurs yeux. Les relations personnelles et les relations d’appartenance jouent un rôle essentiel dans le sentiment d’exister : c’est lorsque ces liens se brisent que des personnes se sentent privées d’existence propre. »

Je pense que la consultation de ces deux ouvrages pourrait me permettre d’affiner mon intuition et tenter de la vérifier sur le terrain en rajoutant un corps de questions à ma grille d’entretien. Cependant, je me pose quelques questions : comment aborder ce thème dans mon mémoire ? N’est-ce pas trop loin de mon sujet (et surtout pour un mémoire en urbanisme… mais cette question précise me turlupine et j’y reviens plus en détail plus tard) ? Comment faire le grand écart entre une approche géographique, sociologique, et ces ouvrages écrits par un philosophe et un psychiatre ?

 

Projet de thèse : Les transformations par l’environnement de l’agir collective et ses savoirs attenants

Les quelques lignes suivantes présentent mon projet de thèse, au 25 septembre 2012. Une première base pour lancer le travail et le laisser ensuite évoluer et s’épanouir. Ce projet de thèse est dirigé par Guillaume Faburel, professeur à l’Institut d’Urbanisme de Lyon (laboratoire Triangle).

Constat, problématique et hypothèses

Les sociétés occidentales doivent aujourd’hui faire face à des enjeux et épreuves environnementales dont l’importance n’est plus à prouver : perte de la biodiversité, raréfaction des ressources, dérèglement climatique… amènent à repenser nos modes de vie, de développement, et, plus spécifiquement, d’action collective.

Or, l’environnement a fait l’objet d’une institutionnalisation rapide relayée par une première génération d’actions promues par le développement durable. Toutefois, force est de constater que cette notion peine à inventer des solutions efficaces aux problèmes environnementaux, témoin entre autres le récent échec du sommet de Rio. Au plan urbain, sa portée au changement reste limitée : « la ville durable – comme le développement durable, dont elle est la traduction mais aussi un moyen – n’existe pas encore, ni théoriquement dans sa capacité à se projeter dans le long terme, ni dans son application » (Espaces et Sociétés, 2011, p. 12). Finalement pour Theys, comme pour d’autres, « sous sa forme actuelle, ce concept a probablement épuisé la part majeure de son crédit et de sa dynamique et (qu’)il a besoin d’un second souffle. » (Theys, Dutertre, Rauschmeyer 2010, p. 53).

Dès lors, pour donner ce second souffle au développement durable et à sa déclinaison urbaine, plusieurs écrits de l’analyse des politiques publiques et surtout de la philosophie politique pointent du doigt des collectifs habitants : « La soutenabilité (…) est essentiellement liée à une nouvelle façon de changer, de construire son existence et de construire les collectifs. » (Theys, 2010, p 61) ou encore : « Le développement durable peut adopter une dimension collective à la base, en étant pris en charge par une communauté réelle (et non des institutions la représentant), une communauté dont les individus se prennent en charge. Le soutenable n’est possible qu’en imposant cette démocratie forte. » (Puech, 2010, p. 153).

Ce sont ces collectifs, aujourd’hui foisonnants, relevant de ce que l’on appelle des « signaux faibles » (c’est-à-dire des « bruits » annonciateurs et accompagnateurs d’un changement), que nous souhaitons étudier dans le cadre d’une thèse. L’objectif générique sera alors d’explorer les constructions de l’action collective au sein de ce foisonnement d’initiatives, sous l’angle en particulier des savoirs qui y sont liés, pour en jauger la possible montée en généralité et leur possible portée transformatrice pour ceux, encore largement technique, des professionnels de l’urbain. Quels registres d’interventions et régimes de l’engagement se crééent dans ces initiatives ? Quels présupposés pour les conduites de l’action instituée ? Quels savoirs y sont attenants ? et comment se réinventent les rapports entre savoirs et pouvoirs ? En quoi l’environnement vient transformer l’action collective ? Dans quelle mesure est-il un facteur de renouvellement des formes de l’agir collectif ?

Notre hypothèse maitresse est que se développe au sein de ces initiatives locales un nouveau mode d’habiter, au fondement de nouvelles formes de l’engagement. Le mot habiter a longtemps été rabattu sur le sens de loger, en particulier dans le langage courant, cependant la notion déborde aujourd’hui du simple logis : « (…) il ne faut pas croire que l’on habite seulement son logement. Au contraire l’habiter nous invite à considérer une modalité du rapport au monde qui dépasse le seul lieu où on se loge. » (Pattaroni, Kaufmann, Rabinovich, 2009, p. 5). Habiter recouvre une réalité conceptuelle large, ayant trait à la manière dont les hommes sont en relation avec les lieux de leur existence. Lévy et Lussault définissent l’habiter comme la « spatialité des acteurs individuels » se caractérisant « par une forte interactivité entre ceux-ci et l’espace dans lequel ils évoluent. » (Lévy et Lussault, 2003, pp. 440-442). Nous définirons l’habiter comme l’ensemble des rapports des individus à l’espace, comprenant trois dimensions :

  • les pratiques et usages,
  • les représentations et imaginaires,
  • et enfin l’articulation entre les dimensions individuelles et collectives.

Ici, nous aborderons ce que nous appellerons un habiter environnemental, qui se réinvente dans ces collectifs. Trois hypothèses secondaires sont alors posées.

D’une part cet habiter environnemental serait lié à une conception de l’environnement comme sujet d’une relation entre individu et territoire, qui implique un engagement, catalysé par l’action. D’autre part cet habiter environnemental est créateur et constitué par une communauté politique émergente au sein de ces collectifs, sous-tendue par un nouvel individu sujet situé (« l’acteur situé » de la sociologie pragmatique), que nous proposons d’appeler l’habitant, tant politique que poète. Cette hypothèse renvoie à « l’avènement de ce que J. Cohen appelle l’acteur autolimité, un acteur réflexif ayant développé une tendance à agir en intégrant la nécessité de préserver non seulement les ressources naturelles, mais aussi les ressources nécessaires à l’action collective (confiance, reconnaissance, capital social, etc.), un acteur ayant une propension à l’agir précautionneux, intégrant la finitude des ressources. » (Béal, Gauthier, Pinson, 2011, p. 16) Enfin, notre troisième hypothèse est celle de l’existence de ponts possibles entre ces pratiques et le développement durable dit institutionnel. En particulier, la question des savoirs prend à cet égard une acuité et une place notable, puisque force est de constater que l’environnement pose nos sociétés face à l’incertitude et réinterroge les savoirs et savoir-faire utiles à la décision collective (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001), et les rapports entre savoirs et politique (Corcuff, 2011b). A ce titre, nous souhaitons compléter notre analyse des collectifs habitants d’une analyse de politiques de développement durable plus institutionnelles, sur les territoires impliqués par les initiatives observées. L’objectif ici est de faire émerger les éléments de la construction et des conduites de telles initiatives, afin de nous ouvrir à quelles prospectives sur cadres et doctrines de l’action urbaine.

Notre sujet touche donc à plusieurs champs de connaissance. Ancré dans la géographie, qui en est à la fois le terreau méthodologique et théorique (Lévy, Lussault), et l’horizon, notre sujet s’appuie particulièrement sur une analyse de l’habiter qui emprunte à la géographie sociale. Notre approche se réclamera également de la science politique, pour étudier les mécanismes de construction de l’action collective mais aussi pour la comparaison avec les dispositifs plus institutionnels de développement durable (Rumpala, 2010). Par ailleurs, la sociologie politique constituera une pierre d’angle de notre recherche, en particulier pour étudier l’engagement des différents acteurs (Ion, 2001), et les nouvelles constructions de l’action collective (Cefai, 2007 et Corcuff, 2011a). En dernier lieu et à titre d’horizon de réflexion, la philosophie politique sera le moteur des va-et-vient entre enquête de terrain et remontée en généralité, notamment via les savoirs (Sintomer, 2007), et les rapports entre savoirs et politique, ainsi que dans l’analyse des mondes communs qui se tissent (Rosanvallon, 2011), autour d’une nouvelle éthique de l’individu (Rancière, 1998), dans une perspective que l’on pourrait qualifier de cosmopolitique, à la suite notamment de Stengers et Latour, mais aussi Lolive et Soubeyran .

Méthodologie, résultats attendus et calendrier

Pour mener à bien cette recherche, nous proposons de mettre en place un protocole de recherche reposant sur une enquête de terrain.

Un premier temps de cadrage conceptuel nous permettra d’établir des critères de sélection pour les initiatives que nous étudierons, au nombre de 4 à 5. Il ressort dès aujourd’hui deux critères et un impératif. Le premier critère est le caractère économique de l’initiative. Notre mémoire de master 2, portant sur une initiative du type de celles que nous souhaitons étudier (la Ferme du Parc des Meuniers dans le Val de Marne), a permis de mettre en avant le rôle de pivot que joue l’économie dans l’initiative, moment et structure clé pour articuler individu, collectif et environnement, c’est pourquoi nous souhaitons plus particulièrement cibler des initiatives relevant du champ de l’économie sociale et solidaire1, et dont les liens avec l’aménagement durable restent encore peu explorés. D’autre part, la non-intentionnalité vis à vis de l’environnement est également apparue au cours de cette première étape de recherche et nous souhaitons explorer cette posture et sa portée en choisissant des initiatives qui ne font pas de l’environnement leur raison première de la mise en mouvement. Enfin, l’impératif que nous nous fixons est celui de la diversité. Si ce travail de thèse ne pourra bien évidemment pas rendre compte de manière parfaitement exhaustive de l’étendue du foisonnement, nous chercherons à nous en rapprocher autant que possible en choisissant des initiatives les plus diverses.

A ce jour, nous avons ciblé deux initiatives qui pourraient potentiellement faire partie de notre corpus. La Bougeotte est une association située à St Genest-Malifaux (42), qui a pour objectif de faire du lien social par l’intermédiaire d’organisation d’activités de loisirs de pleine nature, de loisirs créatifs et d’animations culturelles, et de développer un réseau d’échanges de savoirs et de pratiques dans le milieu rural. Dans un milieu plus urbain, la Luttine est un espace associatif autogéré à Lyon (69), qui sert de lieu de réunion et d’activités pour différents collectifs, allant d’une AMAP à un espace de prêts, dons, trocs, en passant par l’organisation de débats. Plus connu, l’association Habicoop et le projet du Village Vertical à Villeurbanne pourraient également être étudiés sous un nouveau jour à travers ce travail de thèse.

Pour l’enquête de terrain nous envisageons de mettre en jeu potentiellement cinq outils différents sur deux phases principales. Ce protocole de recherche, générique, sera amené à être adapté pour chaque initiative. Dans une première phase, nous proposons de réaliser des entretiens ainsi que de l’observation non participante de ces initiatives. Ces deux méthodes sont dans ce cadre indissociables, l’entretien permettant une mise en discours et d’étudier les représentations et imaginaires, ainsi que de cibler les objets d’observation, tandis que l’observation a pour objectif d’apprécier les pratiques in situ et l’action dont nous avons souligné l’importance dans nos hypothèses. L’observation permet par ailleurs des entretiens plus fructueux grâce à la relation de confiance et la familiarité qui a pu être établie avec les acteurs. Cette première phase pourra être complétée par des cartes mentales, et une enquête statistique pour mieux connaître les populations habitantes en fonction du contexte. Dans une seconde phase, nous proposons de mettre en place des groupes de discussion, qui auront pour objectif d’observer la construction collective de sens, et de faire émerger les principes et valeurs qui sous-tendent l’habiter que nous voulons étudier.

Notre proposition est, d’abord, très largement qualitative. Elle porte à la fois sur différentes initiatives (au nombre de 4 ou 5), et sur les discours et pratiques actuelles plus institutionnelles sur la ville durable, étudiées via de l’analyse de discours (issus d’entretiens, groupes de discussions), de pratiques (via de l’observation non-participante), des examens documentaires (documents issus à la fois de la littérature grise sur la ville durable et des initiatives elles-mêmes). Nos résultats consisteront entre autres en des monographies issues des études des initiatives (une monographie par initiative), mais également des tableaux et schémas, cartographies de concepts, listes de faits typifiés… permettront de construire une réflexion plus systématique liant l’analyse des signaux faibles et les discours/pratiques de la durabilité institutionnelles sur ces mêmes territoires, ou des périmètres un peu plus amples (Communes, Intercommunalités, Départements, Région Rhône-Alpes).

Le premier acte de cette démarche a été posé par l’analyse de la Ferme des Meuniers, étudié dans le cadre d’un mémoire de master 2 au sein de l’Institut d’Urbanisme de Paris. Nous avons commencé à y tester cette méthode et à développer un premier cadre théorique d’analyse. En outre, concernant le choix précis des cas qui seront retenus pour observation, j’achève à ce jour un atelier professionnel et de recherche sur l’Habiter écologique (Master 2ème année, Institut d’Urbanisme de Paris), qui a permis de pointer quelques initiatives dans différentes régions françaises, susceptibles de servir de premier gisement. Enfin, à l’occasion d’un stage au sein du bureau de recherches Aménités, je participe à un travail de recherche portant sur les impensés socio-démocratiques de la ville durable, pour le compte de l’ADEME (http://habiter-durable.net/). Ce programme de recherche porte entre autres sur une analyse documentaire méthodique de 30 productions d’aide à la décision adressées à la ville durable, mais aussi l’organisation de cinq ateliers territoriaux portant sur des thèmes d’impensés de la ville durable (tels que le bien-être et la nature dans la ville durable, les nouveaux modes de régulation et normes de la ville durable ou encore les droits et devoirs écologiques dans la ville durable). L’ensemble de ces travaux concourt à construire les bases pour mener à bien ce projet de thèse.

Enfin, ce projet s’inscrit dans les axes de recherche du laboratoire Triangle (action, discours, pensée politique et économique), et en particulier dans le pole « Politisation et Participation », qui s’attache à « l’analyse du rapport au politique, des processus de socialisation, d’engagement et de mobilisation » (source : univ-lyon2.fr). Notre projet rejoint l’un des objectifs programmatiques du laboratoire, celui de « d’aborder ensemble trois aspects de la politique entendue au sens large du terme : l’action, le discours et la pensée politique et économique. » (source : univ-lyon2.fr). Ce laboratoire constitue donc un terreau fertile pour mener cette recherche, qui poursuit et complète les recherches actuelles de certains de ses membres (en particulier Beal, Pinson, mais aussi Rocher), et renvoie aux séminaires organisés par le laboratoire junior portant sur les sciences sociales de l’urbain.

 

[1] Berceau de la première épicerie coopérative à la Croix-Rousse, Lyon a joué et joue un rôle essentiel dans le développement de l’économie sociale et solidaire. A l’échelle du Grand Lyon, l’économie sociale et solidaire représente 10% des emplois salariés et 9% des établissements et a connu entre 2005 et 2009 une croissance de 6,2% (en nombre d’établissements), à comparer au 2,4% constaté dans le reste de l’économie. (Source : Agence d’Urbanisme pour le Développement de l’Agglomération Lyonnaise, L’économie sociale et solidaire dans le Grand Lyon, Cahier n°1, Novembre 2011)

Bibliographie provisoire

Se trouve ici une première bibliographie qui sera amendée au fur et à mesure de mon travail.

Ouvrages

BEAL Vincent, GAUTHIER Mario, PINSON Gilles, 2011, Le développement durable changera-t-il la ville ? : Le regard des sciences sociales, Saint-Etienne, Presses Universitaires de Saint Etienne, 461 pages.

BUCLET Nicolas, 2011, Le territoire, entre liberté et durabilité, Paris, PUF, 224 pages.

CALLON Michel, LASCOUMES Pierre et BARTHE Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain – Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, La Couleur des Idées, 358 pages.

CEFAI, Daniel, 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ? Théories de l’action collective, Paris, La Découverte, Collection « Recherches », 730 p.

CORCUFF Philippe,  Les nouvelles sociologies – Entre le collectif et l’individuel,
Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2011a (3ème édition), 127 p.,

ION Jacques, 2001, L’engagement au pluriel, Saint-Etienne, PUSE, 217 pages.

LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Éditions Belin, Paris, 1033 pages.

LOLIVE Jacques. et SOUBEYRAN Olivier (sous la direction), 2007, L’émergence des cosmopolitiques. Paris, Ed. la Découverte, Coll. Recherches, 383 pages.

PAQUOT Thierry, LUSSAULT Michel, YOUNES Chris, (sous la direction de), 2007, Habiter le propre de l’humain, Editions la Découverte, 380 pages.

PATTARONI Luca, KAUFMANN Vincent, RABINOVICH Adriana, 2009, Habitat en devenir : enjeux territoriaux, politiques et sociaux du logement en Suisse, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 331 pages.

PINSON Gilles, 2009, Gouverner la ville par projet : Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Les Presses de Sciences Po, 420 pages.

PUECH Michel, 2010, Développement durable : un avenir à faire soi-même, Le pommier, coll. Mélétè, 226 pages.

RANCIERE Jacques, 1998, Aux bords du politique, Paris, Folio Essais, 261 pages.

ROSANVALLON P., 2011, La société des égaux, Paris, Les livres du nouveau monde, 427 p.

RUMPALA Y., 2010, Développement durable ou le gouvernement du changement total, Editions Le Bord de l’eau, collection « Diagnostics », 450 p.

SINTOMER Yves, 2007, Le pouvoir au peuple, Paris, Editions La Découverte, Collection Cahiers libres, 176 pages.

STENGERS Isabelle, 2002, Sciences et pouvoirs. La démocratie face à la technoscience, Paris, La Découverte, Coll. Sciences Sociétés, 116 pages.

THEYS Jacques, DU TERTRE Christian, RAUSCHMAYER Felix, 2010, Le développement durable, la seconde étape. Paris, Editions de l’Aube, 240 pages.

 

Articles

CEFAI Daniel, « S’engager. Monde vécu, engagement et justification », in M. Breviglieri, C. Lafaye, D. Trom (dir.), Compétences critiques, sens de la justice, sens critique, Paris, Économica, 2009.

CORCUFF Philippe, « Le savant et le politique », SociologieS (En ligne), Expériences de recherche, Régimes d’explication en sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011b, consulté le 12 septembre 2012.

CHARVOLIN Florian , 1997, « L’invention du domaine de l’environnement », Strates, 1997/9, mis en ligne le 19 octobre 2005, consulté le 20 octobre 2011.

EME Bernard et LAVILLE Jean-Louis, « L’économie solidaire ou l’économie comme écologie sociale », Ecologie & politique, 2004/1 N°28, pp. 13-25.

FABUREL Guillaume et ROCHE Camille, 2012, « Entre les éco-quartiers et l’habiter écologique : les valeurs et les principes de l’action territoriale pour la ville durable », Intervention au Colloque international Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables, Ecole d’architecture Paris Val de Seine, 1er et 2 février 2012, 18 pages.

FABUREL  Guillaume, 2010, « L’environnement comme nouvelle prospective pour les dynamiques et politiques urbaines », in BLANC Nathalie, CLAVAL Paul, DAVEZIES Laurent et al., 2010, La France en ville, Editions Atlande, Collection Clefs Concours pp. 112-118.

MICOUD André, « De l’expert-militant à l’être vivant sensible », Cosmopolitiques, juin 2007/ n°15, pp. 121-134.