Ville néolibérale, critique sympathique

Saint-Etienne, le 13 septembre 2012. Colloque : « La ville durable, une thèse crédible ? » Organisé par le labex Intelligences des Mondes Urbains et l’Université de Lyon.

Le projet scientifique du colloque est disponible à cette adresse : http://altervilles.universite-lyon.fr/colloque-septembre/la-ville-neoliberale-une-these-credible-projet-scientifique-179766.kjsp?RH=1338455066631.

La ville néolibérale est aujourd’hui un paradigme quasi dominant dans les sciences sociales de l’urbain. Accusé de toutes les difficultés de la ville actuelle, le néolibéralisme est invoqué pour parler des Jeux Olympiques comme de la gestion de l’eau. Cependant, ce terme manque aujourd’hui de définition, et d’assise empirique. Confondue tour à tour avec le capitalisme, ou la financiarisation, la néo-libéralisation, sans être définie, est tout et partout, deus ex machina qui conclut facilement nombre de papiers scientifiques. Ce colloque se propose, à travers une critique (sympathique) de cette « thèse » de la ville néolibérale, d’en refonder les bases scientifiques  pour une analyse approfondie.

 

Elements de définition du néolibéralisme

Gilles Pinson, Christelle Morel Journel et Patrick Le Galès ont chacun proposé des éléments de définition du néolibéralisme que nous réunissons ici.

Le néolibéralisme prend appui en premier lieu sur la proéminence du marché et de ses mécanismes. Reposant sur l’idée que les régulations de marché (via les mécanismes de l’offre et de la demande et un ajustement par les prix) sont les plus pertinentes pour organiser la société, le néolibéralisme se déploie alors dans deux directions : une marchandisation généralisée (qui va des sols aux relations interindividuelles) et une compétition de tous partout (renvoyant à l’argent comme principale source de légitimité de l’action).

Cependant, ce marché, dont on vient de voir qu’il serait le seul à même de permettre à la société d’atteindre un supposé optimum,  doit être construit et organisé. il s’agit de créer des individus et des groupes qui se comportent selon une logique économique (les néolibéraux et en particulier Hayek connaissaient très bien Polanyi et son analyse de la résistance des individus à n’être que des homo oeconomicus). L’Etat est donc nécessaire pour forcer l’imposition des mécanismes de marché.

Ainsi, l’Etat joue un rôle crucial dans le néolibéralisme. Si le libéralisme cantonnait l’Etat à ses compétences régaliennes, le néolibéralisme au contraire prend appui sur un Etat fort, voire autoritaire. De l’Angleterre de Thatcher au Honduras aujourd’hui, ce sont les Etats les plus autoritaires qui ont proposé le cadre le plus propice à l’épanouissement du néolibéralisme.

Enfin, un dernier caractère du néolibéralisme tient à une obsession de dépolitisation des enjeux : rationalité, efficacité, intérêt sont les maitres mots et cherchent à exclure toute réflexion proprement politique.

 

La ville néolibérale serait une utopie ou un processus.

La ville néo-libérale, organisée selon ces principes, est pour P. Le Galès une utopie, et pour G. Pinson et C. Morel Journel un processus, plus qu’une réalité concrète établie.

Ce processus est impulsé entre autres par la désindustrialisation qui touche les villes occidentales dans les années 70. Une nouvelle division internationale du travail bouleverse les hiérarchies urbaines et met fin au compromis keynesiano-fordiste. La ville de New York peut servir d’illustration à ce processus. Dans les années 70, la ville se tourne résolument vers les activités financières, qui apportent avec elles une importante gentrification de la ville et une criminalisation de la misère. Sur le plan des politiques urbaines, on peut également citer Joe Flood (The Fires, 2010), qui décrit la gestion des risques à New York dans les années 70, et notamment une gestion des brigade de pompiers qui laisse délibérément bruler certains quartiers pauvres, par exemple le Bronx, pour concentrer les efforts sur les quartiers les plus riches.

Le processus de néo-libéralisation des villes et de leurs gouvernements peut alors être décrit de manière substantive par la conjonction de plusieurs éléments :

  • une obsession pour la concurrence, la compétitivité : l’objectif des villes devient de créer un « good business climate » ;
  • certains groupes sociaux sont favorisés (notamment les classes créatives décrites par Richard Florida) ;
  • la culture se trouve enrôlée dans ce processus (comme l’ont décrit notamment Biancini et Parkinson), via par exemples de grands évènements ;
  • on assiste à une érosion des services publics, de l’éducation, le logement social est résidualisé.

Cependant, un appel à la prudence est lancé : le néolibéralisme est parfois rapidement accolé à des phénomènes qui datent de bien plus longtemps, comme par exemple la rationalisation de l’action de l’Etat, qui était déjà décrite par Weber à une époque où n’existait pas encore le néolibéralisme. De la même manière, Manuel Aalbers montre, via l’étude d’anciens plans de zoning états-uniens, que des politiques anciennes pourraient être qualifiées de néolibérales si l’on ne prend pas garde à bien définir ce dont on parle.

 

Comment approfondir la recherche sur la ville néolibérale ?

Cette clarification des concepts effectuée, se pose la question de l’approfondissement de la recherche sur la ville néolibérale. Mais rappelons d’abord que deux sillons ont commencé à être creusés sur la ville néolibérale.

  • D’une part, l’économie politique radicale propose une critique de la ville à la suite de David Harvey, Neil Smith, Neil Brenner, Jamie Peck, Adam Tickell.
  • D’autre part, une approche foucaldienne étudie plus précisément la gouvernementalisation des conduites dans la ville dite néolibérale. Ce courant est représenté par Loic Wacquant, Wendy Larner, Engin Isin, Mustafa Dikec ou Hélène Reigner entre autres.

Une critique majeure est adressée à la thèse de la ville néolibérale : son manque d’empirie. En effet, elle ferait preuve d’un trop grand systématisme, d’une réification, via une approche mono-causale, et macro, des enjeux. Elle pêcherait par son manque d’empirie (à l’exception notable et notée des travaux de Manuel Appert, Max Rousseau et Vincent Béal), et aurait des difficultés à concevoir les changements et les temporalités.

En effet, l’après-midi était consacrée aux cas plus concrets, aux cas d’étude, dont la déconnexion d’avec les présentations de cadrage de la matinée est frappante et qui ont constitué un exemple concret des difficultés à appliquer les concepts développés ici à un terrain. Ces cas d’étude peinent à remonter en généralité et à répondre aux enjeux qui ont été ouverts dans la matinée. Après une présentation sur l’Espagne et la bulle immobilière, puis sur Singapour et ses oscillations entre socialisme municipal et capitalisme d’Etat, Dominique Lorrain a présenté une recherche sur les firmes urbaines, qui montrent une diversité de ces firmes (en termes de taille, business model, rapport aux institutions/territoires), mais aussi une prédominance du hasard, du mouvement, de la bifurcation dans l’histoire de ces firmes (et non pas une stratégie général), donnant à voir en arrière-plan une diversité des formes de capitalisme, et proposant d’ajouter au couple Etat/marché un autre acteur : les grandes firmes.

Les conférenciers ont proposé plusieurs pistes pour approfondir la recherche sur la ville néolibérale et dépasser ces critiques

  • Une option serait d’explorer les variétés du capitalisme (à la suite de Hall, Saskice, Streeck, Thelen). Pour Peter Hall par exemple, il existe un capitalisme libéral (Angleterre et US) et une économie de marché coordonnée (Allemagne, Japon, France). Cette variété des capitalismes permettrait de raffiner la définition du (ou des) néolibéralismes.
  • Une autre option serait de s’intéresser à l’économie sociologique (avec par exemple Dominique Lorrain), et d’axer les recherches sur des systèmes d’acteurs, sur un plan micro et dans une optique très empirique.
  • Enfin une dernière option serait d’axer les recherches sur l’Etat et les politiques publiques. P. Le Galès rappelle à cet effet la différence entre les politiques publiques et les villes, qualifier les unes de néolibérales ne signifie pas que les autres suivent. De la même manière, la distinction entre discours et action est surement à faire.

 

Sur le dispositif : des difficultés à échanger entre professionnels et chercheurs

L’un des objectifs du colloque était de faire partager universitaires et professionnels. Lors de chaque session de deux heures, après trois interventions d’universitaires, deux professionnels étaient appelés à réagir. Il est intéressant de noter qu’il s’agit d’une sorte de renversement de postures : habituellement, les chercheurs écoutent les professionnels puis réagissent, les professionnels constituent une des matières premières des chercheurs, tandis que dans ce cas, le regard est inversé. Cependant les réactions des professionnels peinent à être réellement pertinente et à créer de réels ponts entre ces deux mondes. Ces difficultés nous amènent à nous interroger sur la pertinence du dispositif d’exposer pour créer de réels échanges.

Une piste pourrait être de faire venir des chercheurs avec les professionnels qui ont participé à leur recherche (comme enquêté par exemple), pour avoir un retour sur une situation d’échange chercheur/praticien ?  De la même manière on constate une réelle difficulté à instaurer des échanges fructueux avec la salle, une portion temporelle congrue étant dévolue aux échanges, et l’écoute passive du public pendant une longue période entrainant une état peut propice à la participation.

Cependant malgré ce constat d’échec de réel échange, le regard des professionnels a permis de mettre à jour un langage qui n’a quasiment pas été utilisé par les chercheurs : EPA, SCOT, PLU, agence d’urbanisme, élus, promoteurs, autant d’objets que les chercheurs n’ont pas saisi dans leur recherche de la ville néolibérale et qui devrait être l’objet d’interrogations.

 

Ville néolibérale, ville durable ?

En fin de journée, une intervention de Mike Raco (UCL) a mis en lien durabilité et néolibéralisme. Il souligne la divergence entre les vocables qu’on associe habituellement au développement durable (localisme, end of Big Government, empowerment, devolution, anti-bureaucratic, natural communities…) et la réalité des pratiques, qui s’appuient sur l’idée que les entreprises sont plus efficaces que le secteur public. La durabilité devient alors l’objet de contrats, et en particulier de nombreux PPP (partenariats public-privés). Ces derniers s’étendent sur une durée comprise entre 20 et 30 ans, ce qui rend difficile l’adaptation à des conditions nouvelles liées au développement durable. Mike Raco souligne également la privatisation des actifs publics (éclairage public, brigades de pompiers, hopitaux), qui pose au final la question de la démocratie et de la gouvernance de nos sociétés. L’argent public étant finalement privatisé, cela pose d’importants problèmes.

 

Une bibliographie sur le sujet est disponible sur le site du master Altervilles : http://altervilles.universite-lyon.fr/colloque-septembre/la-ville-neoliberale-une-these-credible-references-179638.kjsp?RH=1338455066631