« Révolution », la dernière série télé américaine réactionnaire

Aussi louable que soit la capacité de digestion de l’industrie hollywoodienne des thèmes les plus actuels de notre société (et en particulier des épisodes de guerre, depuis Apocalypse Now en 1979 jusqu’à dans la vallée d’Elah en 2007 sur la guerre en Irak), cette retranscription fictionnelle de l’actualité la plus brulante n’apporte pas toujours un regard critique sur la société. Bien au contraire.

Dernier exemple en date, la série Révolution (diffusée sur NBC depuis le 17 septembre 2012 et produite entre autres par J.J. Abrams) suit les aventures d’une famille quinze ans après le « black out », c’est-à-dire la fin de l’électricité, et recycle ainsi les peurs contemporaines portant sur la fin des énergies fossiles faciles et l’épuisement des ressources. Qu’en est-il alors de l’imaginaire véhiculé par cette série ? Que nous révèle-t-il sur l’appréhension du changement climatique par l’industrie hollywoodienne ?

Commençons d’abord par planter le décor. Chaque épisode commence par un rappel des faits par une voix off grave, ponctuée d’images d’un monde en détérioration.

« We lived in an electric world. We relied on it for everything. And then the power went out. Everything stopped working. We weren’t prepared. Fear and confusion led to panic. The lucky ones made it out of the cities. The government collapsed.  Milicians took over, controlling everything, stocking supply and weapons. We still don’t know why the power went out. But we’re hopefull that someone will come and light the way. »

(« Nous vivions dans un monde électrique. Nous comptions dessus pour tout. Et un jour le courant a sauté. Tout a arrêté de fonctionner. Nous n’étions pas préparés. La peur et la confusion mènent à la panique. Les plus chanceux quittèrent les villes. Le gouvernement s’effondra. Les miliciens ont pris le contrôle, amassant fournitures et armes. Nous ne savons toujours pas pourquoi l’électricité a été coupée. Mais nous espérons que quelqu’un viendra et nous éclairera le chemin »)

Quant au générique, c’est un signe en néon « évolution » se transformant en « révolution ».

Le black out entraine un retour au Moyen-Age matiné d’écolo-chic.

Comment est représenté ce futur, 15 ans après le « black out » ? Les héros se trouvent habiter ce qui pourrait ressembler à un village, composé de cinq maisons, rassemblées autour d’une place (figure 1). On devine un ancien lotissement (typique suburb américaine), qui a été restructuré et dont les espaces verts sont maintenant envahis de maïs. Le bitume a été remplacé (on ne sait comment ni pourquoi) par de la terre, les autres pavillons ont disparu, et au centre de la place sont élevés des animaux (chèvres et moutons) tandis que les espaces verts sont plantés de maïs. Chacun sort sur la place pour discuter, une tasse de café à la main (et non pas un gobelet), les enfants s’entrainent à chasser et la médecine traditionnelle permet de se soigner. Les images présentées rappellent l’imagerie et l’imaginaire de la ville de Détroit. Bref, un retour à la nature et à la (petite) communauté, remis au gout du jour par un graphisme écolo-chic.

Mais ce charmant tableau pittoresque, image d’Epinal d’une Amérique pastorale, est troublée par l’arrivée de la milice, composée d’hommes à cheval, armés de fusils et de revolvers, qui imposent leur loi.Ces hommes tuent sans pitié et font régner la terreur. La fin de l’électricité signifie la fin de la démocratie, de la liberté de penser et d’agir et le retour au fascisme. Je ne m’étendrai pas sur l’intrigue en elle-même, qui débute avec l’arrivée de cette milice et le meurtre d’un personnage, et amène le reste des personnages principaux à se mettre en voyage pour accomplir une « quête ».

On découvre donc un peu plus tard ce que sont devenues les grandes villes : des repaires de voyous, de vandales, où la violence est quotidienne et l’ensemble des habitants asservis dans ce système totalitaire. Finalement, l’ensemble de la série fait ressembler la vie sans électricité à un Moyen-Age obscur, teinté d’écolo-chic (jolies images retravaillées des villes actuelles), pour ne pas trop effrayer le chaland. La « révolution » est bien une « évolution à reculons », un retour dans le chemin de l’évolution.

Mais ce sont en fait les années 60 qui font rêver.

Cependant, la série est un peu plus subtile que ce simple constat. En effet, ce retour en arrière n’est pas aussi direct qu’il y paraît. C’est bien plutôt une nostalgie des années 60 (l’énergie fossile facile, la pleine croissance et le niveau zéro de la conscience environnementale, ca vous dit quelque chose ?) qui perce dans la série.  Cette nostalgie passe par l’héroine de la série, 3 ans au moment du black out, 18 ans dans la série, qui chérit une petite boite en fer contenant des cartes postales de photos des villes des années 60. On voit sur une carte postale un grand stade éclairé, entouré d’un parking rempli de voitures. Cette carte postale éveille la nostalgie de la jeune fille pour une époque qu’elle n’a pas connue.

Quant aux années 2000 (le moment du black out), elles sont présentées dans la scène d’ouverture de la série (les quelques instants avant le black out), dans laquelle on voit d’abord une ville pleine de bruits (notamment sirènes de police) et de gratte-ciel se fondre dans l’intérieur du logement d’une famille américaine ordinaire. Dans cette maison, une petite fille regarde, avachie sur un canapé et le regard halluciné (ou amorphe), un dessin animé de bugs bunny surexcité, un petit garçon joue sur un ipad, le visage éclairé par le bleu de l’écran, et une mère, au téléphone avec sa propre mère, lui confesse « I know, we’ve grown back » (« je sais, nous sommes retournés en arrière »), quand ses enfants l’ignorent alors qu’elle leur propose de parler à leur grand-mère au téléphone.

L’électricité comme religion.

Ce qui choque également dans cette série, et qui est très peu souligné, c’est l’aspect religieux de la quête des personnages. Il leur faut à la fois chercher la cause du black out, pour pouvoir le réparer (parce que ! attention argument fallacieux ! si le black out avait été causé par la nature, nous aurions pu le réparer, nous les hommes, forts et dominateurs de la nature, or, en quinze ans, personne n’a pu le réparer, ce qui signifie, pour les personnages de la série, que le black out a été causé par des êtres humains), mais aussi aider l’un de leurs comparses.

En tous les cas, le générique martèle que « we’re hopefull that someone will come and light the way » (nous espérons que quelqu’un viendra et éclairera notre chemin), et cette métaphore qui est filée dans l’ensemble de la série de manière assez subtile entre la lumière/éléctricité et la lumière/foi est particulièrement dérangeante (notamment pour une athée comme moi), désigne assez clairement un personnage comme un possible Messie qui ramènera la lumière à l’humanité.

On peut rajouter dans le shaker une rebellion d’individus qui veulent faire revivre les Etats-Unis et se tatouent le drapeau US sur le dos en signe de reconnaissance, bref un patriotisme bon teint, et le producteur J.J. Abrams, producteur notamment de Lost, Fast Forward et Alias, séries réputées pour leurs mystères non résolus et on peut prédire une fin de série dans une explosion de religiosité…

Finalement, la série Révolution cherche à nous faire penser que toute révolution et un retour en arrière dans le chemin de l’évolution, pour maintenir le statu quo et réconforter l’état actuel des choses, mais aussi pour réaffirmer le role et l’importance de la religion et de la nation… On intègre des thèmes actuels, toute la logorrhée écologique (et notamment en surfant sur la vague du survivalisme des preppers) pour en ressortir une ré-assurance subtil du système tel qu’il est.

Compte-rendu, Martha C. Nussbaum, Capabilités, comment créer les conditions d’un monde plus juste ?

Compte-rendu également publié sur http://lectures.revues.org/9575.

Martha Nussbaum, Capabilités. Comment créer les conditions d’un monde plus juste ?, Paris, Flammarion, coll. « Climats », 2012, 300 p., trad., Solange Chavel, ISBN : 978-2-08-127077-0.

Martha C. Nussbaum est une philosophe américaine, professeur à l’université de Chicago. Après (entre autres) Femmes et développement humain : l’approche des capabilités, en 2008 et Les émotions démocratiques : Comment former le citoyen du xxie siècle ? en 2011, elle revient avec Capabilités, Comment créer les conditions d’un monde plus juste ?, aux Editions Climets, en 2012. Cet ouvrage rassemble dans une visée didactique et vulgarisatrice, l’ensemble des théories sur les capabilités, développées depuis les années 80 avec (entre autres) Amartya Sen. Un des objectifs affichés de l’ouvrage est de convaincre les acteurs publics (et en particulier institutionnels) du bien-fondé de cette « contre-théorie » et de leur donner des outils pour la mettre en œuvre.

L’approche des capabilités est en effet une contre-théorie qui s’appuie d’abord sur une critique de l’omniprésence de la richesse comme mesure de la qualité de vie notamment dans les sociétés occidentales. L’approche des capabilités s’oppose au culte du PIB, élément de mesure de la richesse des pays qui focalise les attentions, est l’opérateur de toutes les comparaisons et est trop souvent considéré comme un juste reflet de la qualité de vie d’un pays.

Au-delà de cette définition en négatif, qu’est-ce alors que cette théorie des capabilités ? Pour Nussbaum, il s’agit « (d)es réponses à la question : ‘’Qu’est-ce que cette personne est capable de faire et d’être ?’’. » (p. 39) c’est-à-dire un ensemble de possibilités, de libertés de choisir et d’agir : « il ne s’agit donc pas simplement des capacités dont une personne est dotée, mais des libertés ou des possibilités crées par une combinaison de capacités personnelles et d’un environnement politique, social et économique. » (p. 39). Pour éclairer cette définition, Nussbaum distingue les capabilités internes (les caractéristiques d’une personne, qui ont trait à sa personnalité, ses capacités tant motrices que perceptives ou intellectuelles – qu’il ne faut pas confondre avec les caractères innés d’une personne), des capabilités combinées (c’est-à-dire des capabilités internes « auxquelles s’ajoutent les conditions sociales, politiques et économiques om le fonctionnement correspondant peut effectivement être choisi » p. 43). Cette distinction souligne le rôle-clé joué par les politiques publiques pour mettre en place une approche par les capabilités.

Nussbaum propose alors de manière pragmatique une liste de dix capabilités dites centrales, qui définissent un seuil minimum de capabilités, sur lesquelles s’appuyer pour mettre en place une politique publique fondée sur les capabilités. Ces dix capabilités sont les suivantes : la vie, la santé du corps, l’intégrité du corps, les sens (associés à l’imagination et la pensée), les émotions, la raison pratique, l’affiliation, les autres espèces, le jeu, le contrôle sur son environnement. Ces capabilités de base répondent pour Nussbaum au minimum exigé par la dignité humaine.

Le reste de l’ouvrage est consacré à ancrer cette approche dans le champ philosophique via notamment une comparaison d’avec des approches plus traditionnelles (par le PIB, l’approche utilitariste, et les approches ressourcistes entre autres), et à ouvrir des pistes pour un approfondissement de la notion de capabilités, notamment autour de l’application de cette théorie aux animaux, mais aussi aux questions de genres, ou encore au handicap et à la vieillesse. Une autre piste ouverte est celle d’un possible élargissement de la question des capabilités aux rapports entre Etats-Nations. Cette piste nous permet d’aborder avec un regard un peu critique l’œuvre de Nussbaum. En effet il y aurait pour Nussbaum un certain devoir des pays riches de promouvoir les capabilités des pays pauvres. Or l’approche des capabilités a cela d’original et, je pense, de puissant, qu’elle s’attache très fortement à la notion d’individu (il ne s’agit pas d’aider un quartier, un territoire, mais bien un être humain, et la notion centrale de dignité humaine, pour problématique qu’elle est, n’est pas neutre à ce titre), mais force est de constater que, quand on envisage les capabilités à un niveau inter-étatique, cette approche de l’individu est moins directement opérante. D’autre part, Nussbaum réduit bien rapidement, dans son chapitre sur ce sujet, cette idée néanmoins intéressante (celle de redistribution entre pays) à une contribution à hauteur de 2% du PIB (des pays développés vers les pays en voie de développement), sans même envisager que l’échange puisse également avoir lieu dans l’autre sens et (surtout) ne pas être de type monétaire.

Nous finirons (dans cette veine un peu critique) sur deux questions que pose selon nous cette approche des capabilités. D’abord, l’approche des capabilités pose la question des savoirs pris en compte. On considère que les individus ne sont pas capables sous certains aspects, or ne faudrait-il pas réhabiliter certains autres savoirs, ou plutôt certaines habiletés, ingéniosités ? On ne peut ignorer la prégnance dans notre monde des savoirs logico-formels et d’une certaine rationalité, qu’en est-il alors d’autres types d’appréhension du monde ? Quelle place leur donner dans une approche par les capabilités ?

La deuxième question que pose cet ouvrage est la question de la lutte sociale et les théories de la domination[1]. Nussbaum réduit les obstacles à la mise en place des capabilités dans les politiques publiques à de la psychologie politique (dernier chapitre), des réticences au changement, laissant de côté tout un pan de la sociologie critique et des théories de la domination. Il semble que Nussbaum attende une épiphanie de la part des dirigeants de ce monde, qui les ferait prendre conscience de l’importance des capabilités et renoncer au PIB. Il nous semble qu’aujourd’hui, développer la question des obstacles à la mise en œuvre des capabilités serait plus intéressante qu’un plaidoyer un peu naïf s’appuyant sur la dignité humaine.

En conclusion, malgré les difficultés qui sont posées par cette théorie des capabilités, cette dernière ouvre de nombreuses perspectives : en tant que théorie générale de la justice, elle pourrait s’appliquer à tout et tous, et en ouverture nous souhaitons avancer l’idée que cette théorie pourrait s’appliquer à nos rapports à l’environnement, figure aujourd’hui de nombreux enjeux et défis. La question ne serait plus de protéger ou de valoriser l’environnement mais bien de réfléchir à ce qu’il pourrait faire et être… bousculant ainsi les rapports entre individu et environnement.

 



[1] Notamment développées par Boltanski, 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, NRF Essais, Gallimard