Y. Rumpala à la journée du réseau AC/DD le 15 février 2013

Journée du réseau AC/DD (Approches critiques du développement durable), 15 février 2013. Yannick Rumpala. Sur les possibilités d’une transition écologique ‘’par le bas’’ : vers une théorie post-gouvernementale.

La présentation de Y. Rumpala s’attache à des expériences « par le bas », et son hypothèse principale est la suivante : aussi éparses/éparpillées que soient ces expériences, on peut y voir émerger un nouveau système de valeurs hors du système dominant.

Dans un premier temps, il a distingué deux manières d’aborder le sujet de la transition dans la littérature.

  • La première manière passe « par le haut », elle vient des milieux décisionnels, des institutions. La transition est ici vue dans une optique socio-technique (analysée notamment par Hervé Kempf) : il faudrait susciter des innovations pour passer à un autre stade économique. Cette conception repose sur une confiance importante dans les institutions et les formes marchandes et s’appuie sur un arrière-plan clairement gestionnaire (transition management).
  • La seconde approche est celle notamment des villes en transition, qui cherchent à mobiliser une communauté sur des bases participatives et locales. Elle repose sur une confiance en les capacités de la communauté. Il s’agit d’innovations sociales plus que techniques et renvoie au courant des lifestyle politics, et l’analyse des grassroot innovations (voir notamment Adam Swift)

Ces deux approches s’appuient sur des visions du monde et des philosophies du changement différentes.

L’exposé de Yannick Rumpala s’attache ensuite à décrire six types d’expérimentations, en rappelant d’abord brièvement qu’il s’agit souvent de résurgences, inscrites dans une certaine historicité. Par ailleurs, ces six types déterminés pour la clarté de l’exposé n’empêchent pas de voir se former des affinités électives entre ces différentes initiatives.

  1. Les expérimentations autour du commun. Ce courant est nourri par des auteurs tels que Toni Negri (même si Y. Rumpala est sceptique à son propos), mais aussi (et surtout) David Bollier (cf son site onthecommons.org, ou encore Peter Linebaugh (dans une optique historique), ou Elinor Ostrom. L’objectif est de reconstruire une prise sur les ressources. Un exemple simple et parlant est celui des incredible edible (incroyables comestibles), né en Grande-Bretagne.
  2. Les expérimentations reposant sur le partage, la collaboration (en particulier dans la consommation). Elles mettent en œuvre une autre conception de la propriété/possession, hors du système marchand. Une économie du partage se construit, autour du troc, du prêt, de l’échange de services. On pourrait les résumer sous le terme de consommation collaborative, qui existe sous des formes diverses, hybrides, parfois monétisées (ouishare, shareable, freecycle, foodsharing…).
  3. Les tentatives de relocalisation. Elles cherchent à restaurer de la proximité. Il peut s’agir d’AMAP, de « local business », des circuits courts, des locavores.
  4. Les expériences cherchant à reconstruire les capacités autonomes (le DIY : do it yourself). Notamment, Y. Rumpala a cité des expériences dans le domaine de l’énergie, comme l’association Tripalium, qui forme des individus à la construction de leur installation éolienne. Cela renvoie aux technologies appropriées décrites par Schumacher.
  5. Les expérimentations cherchant à réduire le format de vie (simplicité volontaire), telles que celle du No Impact Man.
  6. Les expériences de sobriété non punitive. Ont été cités Pierre Rabhi, Kate Soper (philosophe britannique), les décroissants, le mouvement slow fashion.

Yannick Rumpala a conclu sa présentation en proposant quatre conditions pour que ces initiatives convergent :

  • créer des liens entre les représentations des horizons visés (exemple du mouvement de la transition qui partage une représentation commune d’un autre avenir post-carbone)
  • offrir des prises, des éléments reproductibles hors du champ de chacune de ces initiatives, c’est-à-dire jouer sur l’exemplarité, en trouvant des modalités de coordination, des passerelles.
  • Créer des espaces d’échanges/de discussions (fondation Appropedia pour des technologies alternatives, p2pfoundation)
  • Créer des dynamiques d’apprentissage, des boucles réflexives.

Finalement, on peut se demander si Yannick Rumpala ne propose pas que ces initiatives convergent en s’institutionnalisant de manière assez traditionnelle : notamment et surtout avec ses deux premières propositions (en devenant reproductibles, en partageant un horizon commun). Cela m’amène à m’interroger sur la question de l’institutionnalisation de ces initiatives. Bien sur ces initiatives ont besoin de se connaître/reconnaître les unes les autres et de créer un réseau. Plus de liens, moins de biens, non ? Mais est-il nécessaire qu’elles s’institutionnalisent ? Y trouveront-elles un quelconque intérêt ? Ne peut on pas au contraire y voir une possible menace pour ces initiatives, qui reposent sur un équilibre délicat, une alchimie entre un environnement et des individus ?

Yannick Rumpala, dans son ouvrage sur le développement durable institutionnel, affirme que le développement durable crée une conduite des conduites hétéronomes et culpabilisatrice. En cherchant à recréer une institutionnalisation de ces initiatives, ne les voue-t-il pas au même destin ? Celui d’une nouvelle norme de conduite, tuant dans l’œuf le foisonnement et sa richesse ? Par ailleurs, beaucoup d’initiatives citées par Y. Rumpala sont liées à l’Internet et sont dématérialisées. Cette caractéristiques accentue le caractère « en surplomb » de l’analyse de Rumpala, ne manque-t-il pas une approche sociologique de ces groupes ? Et surtout un point de vue plus ancré dans les spécificités de ces groupes ?

 

Bibliographie succinte

Rumpala Y., 2010, Développement durable, ou le gouvernement du changement total, Editions Le Bord de l’eau, 436 p.

Nonjon M., « La participation en kit » : l’horizon funèbre de l’idéal participatif, Quaderni, 2012/3 (n° 79), pp 29-44

(https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=QUAD_079_0029)

Nonjon M., « Professionnels de la participation : savoir gérer son image militante », Politix, 70, 2005, pp.89-112.

Elisabeth Shove sur la double-contrainte : aspirations individuelles dans un environnement contraint

http://www.lancs.ac.uk/fass/sociology/profiles/elizabeth-shove