Le sentiment d’exister… entre intuition et possibilités d’approfondissement

Lors de mon travail de mémoire en M2, j’ai travaillé sur une initiative du Val de Marne, la Ferme du Parc des Meuniers, sur laquelle je reviendrai plus en détail très bientôt.

Lors de mon travail sur le terrain, j’ai ressenti que les individus s’engageant dans cette initiative « revivaient » d’une certaine manière. C’était une intuition, une impression vivace, mais que j’avais et ai toujours du mal à expliquer, expliciter, démontrer, argumenter. Je l’ai donc laissée hors de mon mémoire, mais ne peux m’empecher de le mentionner quand on me demande de parler de la Ferme. Oui c’est un lieu « social », c’est un lieu « solidaire », un lieu qui fait vivre l’environnement autrement, mais c’est aussi et peut-être surtout un lieu qui donne aux individus prise sur leur vie, les rend de nouveau acteurs de leur vie et donc d’une certaine manière, une existence plus pleine et entière. Tout cela sonnait pour moi comme de bons sentiments, une certaine naïveté voire été teinté d’un certain spiritualisme qui n’avait rien à faire dans un travail de recherche.

Jusqu’à ce dimanche. Ce dimanche où mon petit déjeuner a été égayé par la lecture du dernier numéro spécial de la revue Sciences Humaines, consacré aux « Idées en mouvement ». Au gré de ce retour sur les idées qui ont marqué l’année 2012 dans le champ des sciences sociales, j’ai découvert un article sobrement intitulé « Que veut dire « vivre » ? », par Jean-François Dortier. Ce dernier cite Frédéric Worms, professeur à Lille-III et son ouvrage paru en 2012 : Revivre. Eprouves nos blessures et nos ressources (Flammarion). Si ce dernier semble avoir une approche assez psychologique de la question, il n’en demeure pas moins qu’il explore l’idée de renaissance dans une vie tumultueuse : comment après une rupture, une difficulté majeure, un accident, un individu retrouve-t-il le sentiment de vivre ? Comment passer de la survie à la vie ? Comment distinguer les deux ?

L’article mentionne également le travail de Robert Neuburger, intitulé Exister. Le plus intime et fragile des sentiments (Payot, 2012). Explorant le concept d’exister, Neuburger vient s’inscrire en faux face à un Descartes et à sa théorie des machines. Je cite l’article

« Le sentiment d' »exister » dépasse donc le simple fait de vivre, c’est-à-dire de se nourrir, s’habiller et entretenir son organisme. Pour exister, il faut trouver plaisir à ce que l’on fait. Il faut également être en accord avec une certaine image de soi, entretenir des rêves et projets.Il faut enfin et surtout être percu, pris en compte et considéré par d’autres personnes comme étant quelqu’un qui importe à leurs yeux. Les relations personnelles et les relations d’appartenance jouent un rôle essentiel dans le sentiment d’exister : c’est lorsque ces liens se brisent que des personnes se sentent privées d’existence propre. »

Je pense que la consultation de ces deux ouvrages pourrait me permettre d’affiner mon intuition et tenter de la vérifier sur le terrain en rajoutant un corps de questions à ma grille d’entretien. Cependant, je me pose quelques questions : comment aborder ce thème dans mon mémoire ? N’est-ce pas trop loin de mon sujet (et surtout pour un mémoire en urbanisme… mais cette question précise me turlupine et j’y reviens plus en détail plus tard) ? Comment faire le grand écart entre une approche géographique, sociologique, et ces ouvrages écrits par un philosophe et un psychiatre ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *