S’ancrer pour mieux avancer. Boltanski, 2009, De la critique.

Dans les deux premiers chapitres de De la critique (2009), Boltanski définit un programme critique pour la sociologie. Cette prise de position dans le champ des sciences sociales résonne particulièrement avec mon projet de thèse qui relève lui aussi de la critique. Mais de quelle critique parle-t-on ? D’où vient le terme ? Comment s’est-il forgé dans le champ de la sociologie ? Qu’est-ce que cette mise au point sur la sociologie de la critique peut me permettre de construire dans mon projet de thèse ? Pour répondre à ces questions, je reviendrai d’abord sur la présentation que fait Boltanski, dans les deux premiers chapitres de De la critique, du projet de sociologie critique de la domination, pour ensuite en tirer des enseignements plus spécifiques à mon travail de thèse.

Sociologie classique vs sociologie critique

Dans un but analytique, Boltanski distingue une sociologie classique (à laquelle appartiennent la majorité des productions en sociologie des 30 à 40 dernières années) et la sociologie critique (projet qui commence avec Bourdieu et est continué depuis notamment par Boltanski, Thévenot, Lafaye…). La sociologie classique s’attacherait particulièrement à décrire des relations sociales, notamment de pouvoir (facilement observables), via une position extérieure affirmée (neutralité axiologique) confinant parfois l    a sociologie dans une situation d’expertise, possiblement instrumentalisée par le management (ses objectifs devenant alors soit d’accroitre la rationalité des organisations et augmenter leur productivité, soit de limiter les coûts « humains » des politiques gestionnaires).

Or, les sciences sociales sont radicalement différentes de l’expertise en ce qu’elles posent « la possibilité d’un projet de description qui serait celui d’une anthropologie sociale générale. » (p. 23 à vérifier). C’est ce que font par exemple l’ethnologie ou l’histoire (qui, elles, n’ont pas de problème à se poser comme extérieures à leur objet d’étude, l’une grâce à un éloignement spatio-culturel, et l’autre un éloignement a minima temporel). Pour la sociologie, cette posture est plus difficile à tenir, et notamment l’extériorité du chercheur est plus complexe. Il faut que le sociologue prenne conscience du mouvement qui le pousse à l’extériorité, et ce en trois mouvements : « Cette sortie imaginaire de la viscosité du réel suppose, dans un premier temps, de dépouiller la réalité de son caractère de nécessité tacite et de faire comme si elle était arbitraire (…), pour dans un second temps, lui restituer la nécessité dont on l’a d’abord privée, mais à laquelle cette opération de déplacement a confié un caractère réflexif et global, au sens où les formes de nécessité identifiées localement sont rapportées à un univers des possibles. » (pp. 24-25)

Cette nécessaire extériorité et ce projet de description relevant d’une anthropologie sociale générale font que sociologie et critique sont en réalité intimement liées : « les descriptions sociologiques sont orientées, dans leur conception même, vers le genre d’usage qu’en feront les théories métacritiques. » (p. 36)

Les fondements de la sociologie critique

Reste alors à comprendre comment définir et fonder cette critique et ce que serait une sociologie critique pour Boltanski ?

Cette sociologie critique s’appuie sur une théorie de la domination. A l’inverse du pouvoir qui est facilement observable (via les relations de pouvoir notamment), la domination doit être révélée : « Tout se passe comme si les acteurs subissaient la domination qui s’exerce sur eux non seulement à leur insu mais parfois même en contribuant à son exercice. » (p. 17). La sociologie n’étudie plus alors des relations sociales (objet qui découle de l’observation) mais un ordre social (un objet construit). Enfin, il nous faut noter que la domination forme une totalité, il s’agit d’un « objet de synthèse » (p. 16).

Maintenant que nous avons clarifié les objets d’étude que prend la sociologie de la critique (c’est-à-dire la domination et l’ordre social), il nous faut comprendre comment se construit une telle sociologie. En particulier, se pose la question épineuse de la justification et de la normalisation de cette critique : sur quels critères le sociologue se base-t-il pour émettre une critique ? Comme nous venons de le voir, la prétention à une neutralité axiologique totale est complètement est abandonnée dans le projet de théorie critique de la domination. Cela ne signifie pas qu’elles ne doivent pas « se donner des points d’appui normatifs suffisamment autonomes par rapport aux corpus moraux particuliers mis en forme depuis des approches religieuses ou politiques déjà identifiées, et revendiquées en tant que telles par des groupes spécifiques. » (p. 21), bien au contraire.

Pour ce faire, le lien aux critiques ordinaires est clé. Les critiques dites ordinaires sont les critiques émises par les acteurs eux-mêmes, et relevant par exemple de jugements moraux ou spirituels. La sociologie critique doit construire une métacritique à partir des critiques ordinaires : « Elle peut ou même doit – dit Raymond Guess – se saisir des insatisfactions des acteurs, les prendre explicitement en compte dans le travail de théorisation, de façon à modifier leur rapport à la réalité sociale et, par là, cette réalité sociale elle-même dans le sens d’une émancipation. » (p. 20)

En effet, la sociologie de la critique n’est pas une discipline qui prend la connaissance comme but ultime ou la construction d’utopie comme objectif. Au contraire, ancrée dans un système d’acteurs, la sociologie critique se pose pour horizon l’émancipation des individus : « Les théories critiques se nourrissent de ces critiques ordinaires, même si elles les élaborent différemment, les reformulent, et sont destinées à y faire retour, puisqu’elles ont pour visée de rendre la réalité inacceptable et, par là, d’engager les personnes auxquelles elles s’adressent dans des actions qui doivent avoir pour résultat d’en changer les contours. » (pp. 20-21)

 

Sociologie critique, théorie de la domination et compétences

La Ferme du Parc des Meuniers constitue l’un des terrains de ma thèse (déjà défriché lors de mon mémoire de master 2). Cette approche critique de Boltanski me permet d’apporter un regard critique (c’est bien le sujet) sur mon travail de master 2. En effet, une première approche du terrain m’a permis de comprendre les critiques émises par les acteurs, de les assimiler et les prendre en compte dans mon travail. Pas encore familière d’avec les théories de la critique, je les ai peut-être (sans doute) trop prises comme une sorte de commande de leur part (on aimerait bien comprendre telle et telle chose, on fait tels constats d’échec là-dessus…), sans réussir réellement à m’en extraire et à décrypter à un niveau méta.

Plus généralement la critique révèle un aspect paradoxal de mon travail. J’étudie des collectifs qui, justement, expérimentent pour sortir de cette réalité que d’une manière ou d’une autre, ils rejettent. C’est-à-dire que la Ferme du Parc des Meuniers par exemple, fait le constat d’échec des politiques publiques sur le plan social et propose une alternative. Comment alors appliquer la sociologie de la critique à des alternatives ?  Où se situe la dispute, l’épreuve ?

Pour répondre à cette question, nous ferons un rapprochement entre Boltanski et Rancière. Au premier abord, les deux semblent contradictoires. Pour Rancière, un travailleur n’a pas besoin d’un sociologue pour savoir qu’il est exploité. L’objectif n’est pas de « prendre conscience » de l’exploitation, mais au contraire, de pouvoir l’« ignorer », c’est-à-dire de pouvoir se défaire de l’identité que cette situation impose et se penser capables de vivre dans un monde sans exploitation. C’est ce que veut dire le mot émancipation pour Rancière. En réalité ces deux projets se rejoignent : pour pouvoir ignorer cette exploitation, il faut la comprendre et comprendre son caractère arbitraire. C’est la question du test de réalité qu’aborde Boltanski. Pour Boltanski, les acteurs font preuve d’une « autorestriction réaliste » (p. 61) : « les personnes ordinaires mettent rarement en question, au moins dans le cours habituel de la vie sociale, le cadre général dans lequel s’inscrivent les situations qui suscitent de leur part indignations et protestations, c’est-à-dire l’ensemble des formats d’épreuves et des qualifications instituées. Sans doute parce que, en l’absence d’outils de totalisation, les contours de cet ensemble général d’épreuves, et de leurs effets, leur échappent souvent. » (pp. 58-59). Ils peuvent faire vaciller la réalité, en faire apparaître le caractère arbitraire, quand ils sont en groupe : « tout se passe en effet comme si la teneur de la réalité avait, pour chaque personne prise isolément, un caractère incertain. (…) Chacun ne reconnaît la réalité (…) que parce que d’autres la lui désignent comme telle. » (p. 65)

C’est alors la compétence même des acteurs (tout comme le fait la linguistique) à faire vaciller cette réalité qui est l’objet d’étude de la sociologie critique : La réalité vacille quand « les acteurs pourront avoir accès à des dispositifs pratiques et à des outils cognitifs leur permettant de rompre leur isolement en rapprochant les situations, dont ils subissent les contraintes, de situations certes différentes, où se trouvent plongés des acteurs dotés de propriétés également différentes, mais avec lesquels une comparaison ou un rapprochement pourront être établis. » (p. 62). Finalement, la sociologie permet cette prise de distance d’avec la réalité, pour la traiter comme une réalité arbitraire, et permettre ainsi aux acteurs de se mettre à distance : « la possibilité de lutter contre la domination en faisant passer les dominés d’un état fragmentaire à un état collectif, constitue l’un des objectifs premiers du travail d’émancipation que se propose la critique. » (p. 74). Ce qui ré-assure mon projet dans son optique d’étude des savoirs et savoir-faire présents dans ces initiatives, qui sont au cœur finalement des compétences des individus, dans une optique d’émancipation.

 

Liens sur la toile : 

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_1990_num_3_10_2129

http://www.philomag.com/article,entretien,jacques-ranciere-il-n-y-a-jamais-eu-besoin-d-expliquer-a-un-travailleur-ce-qu-est-l-exploitation,375.php


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *