Quand Alexandre Jardin rencontre (intellectuellement) Luc Boltanski

Je viens d’achever la lecture de l’avant-dernier ouvrage de Luc Boltanski, De la critique. Ce livre m’a tenu en haleine pendant un mois, m’entrainant avec lui dans un univers que je n’imaginais pas même possible, déconstruisant mon monde pour mieux le reconstruire. La dernière page m’a laissée seule dans mon salon avec une tisane verveine menthe et une petite déprime post-partem, que j’ai essayé de noyer en regardant la Grande Librairie, émission sur France 5 animée par François Busnel, dont la chevelure vaguelée n’a d’égal que sa voix posée.

C’est alors qu’Alexandre Jardin, avec son éternel sourire facétieux, est apparu sur l’écran. Dans un éclat de rire gourmand, il expose le thème de son dernier roman, éminemment inspiré par l’auteur, ses précédents ouvrages et sa propre vie, romancée voire fabulée. Ainsi donc le dernier ouvrage d’Alexandre Jardin, Des gens très bien, portait sur l’histoire de la famille Jardin et en particulier de son grand-père, Jean Jardin, dit le nain jaune, qui « fut, du 20 avril 1942 au 30 octobre 1943, le principal collaborateur du plus collabo des hommes d’Etat français : Pierre ­Laval, chef du gouvernement du maréchal Pétain. » (extrait de la première page du livre Des gens très bien, d’A. Jardin). Suite à cet ouvrage nombreux sont les lecteurs qui ont parlé de leur propre histoire familiale à Alexandre Jardin (toujours selon les dires de ce dernier lors de l’émission susmentionnée!), parmi ces lecteurs rencontrés se trouve une jeune femme, Norma, qui lui a inspiré son dernier roman.

Dans la famille de Norma, le clan des Diskredapl, des bretons fortunés et fous-dingues, règne une tradition de vérité. Sur la tombe de la grand-mère est écrit « A ma femme, très portée sur le sexe mais peu sur le mien, son malheureux marié« , une famille dans laquelle le grand-père décédé n’est pas adulé comme un saint mais reconnu pour ce qu’il était, c’est-à-dire un homme au caractère difficile et au passé louche pendant la seconde guerre mondiale. Bref, le clan, sous l’impulsion de Norma et partant d’un terreau très favorable, a décidé de s’ouvrir à la vérité.

Vous me demanderez ce que vient faire Boltanski dans cette charmante histoire pleine de gouaille comme sait les écrire Alexandre, hymnes à la passion, l’amour, l’absolu, et (dorénavant) la vérité. Eh bien Boltanski (dans son dernier ouvrage) s’intéresse aux institutions et à la critique, en partant de la distinction entre monde et réalité (un peu de patience, cela va s’éclaircir). Pour Boltanski, le monde  « est l’immanence même ; ce en quoi chacun se trouve pris en tant qu’il est plongé dans le flux de la vie, mais sans nécessairement faire accéder au registre de la parole, encore moins de l’action délibérée, les expériences qui s’y enracinent. » (p.94). Or ce monde, nous avons besoin de le décrire, de se le représenter, de le construire d’une certaine manière. Or, chacun et donc personne, du fait de sa corporéité, de sa subjectivité, ne peut prétendre à l’universalité : « Aucun individu (…) n’est en mesure de dire aux autres, à tous les autres, ce qu’il en est de ce qui est » (p. 96) Les institutions seraient nées pour résoudre cette difficulté : « la seule solution envisageable est donc de déléguer la tache de dire ce qu’il en est de ce qui est à un être sans corps. » (p. 117). L’institution a donc pour rôle de nous assurer une sécurité sémantique, de déterminer ce qu’il en est de ce qui est. Bien entendu cette détermination entraine nécessairement une violence symbolique et un certain arbitraire, que la critique a pour rôle de contre-balancer (pour le moins).

Boltanski développe son propos à l’échelle de la société, mais Alexandre Jardin nous invite à réfléchir à la première des institutions, celle de la famille. Qu’en est-il de l’émancipation familiale ? D’une possibilité de critique dans la famille ? Une analyse poussée sur plusieurs familles pourraient faire apparaitre des types de régimes de domination familiales, des types de critiques, liées éventuellement à différents ages de la vie, peut-être à différents milieux sociaux, à la place de la famille dans le régime de domination social (dominés et dominants). On pourrait étudier comment un individu peut ou ne peut pas passer d’un état de dominé à celui de dominant (du petit garçon obéissant au patriarche respecté ou bien au contraire, le petit garçon est dès le début dominant et sa parole est d’or).

Il est à ce titre intrigant que le personnage du livre d’A. Jardin s’appelle Norma, qui renvoie à la norme, et ne peut pas ne pas nous faire penser à la norme notamment déployée par Foucault. Qu’en est-il de la normalité vis à vis de la vérité, ou plus précisément de la construction de la réalité par l’institution que représente la famille ? Pour finir de tisser le parallèle entre le livre de Jardin et celui de Boltanski, il est intéressant de noter que l’ouvrage de Jardin s’appelle Joyeux Noel. Or Noel constitue ce que Boltanski appelle des épreuves de vérité. Ces épreuves  « s’attachent à déployer, de façon stylisée, avec une visée de cohérence et de saturation, un certain état pré-établi de la relation entre formes symboliques et états de choses de façon à le reconfirmer sans cesse. » (p. 157) Il s’agit de rituels, reposant la répétition et la tautologie, qui jouent un role de maintenance de la réalité : « Leur effet, quand elles réussissent, n’est pas seulement de faire accepter la réalité. Il est de la faire aimer. » (p. 159). Bref, une nouvelle manière de regarder Noel…

 

Edit : Finalement, tout se passe comme si Alexandre Jardin avait dans l’ensemble de ces oeuvres cherché à ouvrir des brêches dans la réalité, et avait mis en scène dans ses ouvrages des épreuves existentielles, au sens de Boltanski. Boltanski les définit comme des épreuves individuelles, souvent liées à une humiliation, ou à une injustice. Transposée chez Jardin, l’épreuve existentielle garde son caractère individuel, personnel et donc subjectif, et se lie à une insatisfaction vis-à-vis de la vie. Si Alexandre, dans Fanfan, ment à cette dernière pour conserver la joie de la passion, ou si dans le Zèbre, un mari ment à sa femme pour lui cacher son métier d’agent secret, c’est que la réalité doit être construite. Chaque monde doit être interprété en une réalité et ce qu’Alexandre Jardin cherche (selon moi), à nous faire voir, c’est que chacun d’entre nous peut construire sa propre réalité personnelle, ouvrir des brèches dans la réalité pour y faire apparaitre le monde. Ce que Boltanski affirme sur le plan social, Jardin cherche à le montrer et le mettre en oeuvre à un niveau individuel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *